Publications des agents du Cirad

Cirad

Caractéristiques biotiques du foreur de la canne à sucre Chilo sacchariphagus (Bojer, 1856) (Lepidoptera : Pyralidae) à l'île de la Réunion. Facteurs de régulation de ses populations et conséquences pour la lutte contre ce ravageur

Goebel F.R.. 1999. Toulouse : Université de Toulouse III, 229 p.. Thèse d'université --.

C'est au milieu du siècle dernier et par l'intermédiaire de boutures de canne provenant de Java, que le foreur ponctué Chilo sacchari)ghagus (Lepidoptera, Pyralidae) est introduit dans l'île de la Réunion. Ce ravageur, qui se répand dans les champs de cannes en plein développement, devient très vite l'ennemi principal des planteurs. La lutte s'organise, mais il faut attendre le début des années 60, avec l'installation de l'Institut de Recherches Agronomiques Tropicales (actuellement CIRAD-CA) pour qu'un programme de recherche se mette en place. D'importants moyens de lutte, essentiellement biologiques, sont aloès déployés mais sans grand succès. En 1981, avec l'introduction du ver blanc Hoplochelus marginalis, autre important ravageur de la canne, les recherches sur le foreur passent au second plan. De plus, des enquêtes réalisées par le CIRAD en 1983 confirment une régression des dégâts du foreur. Le développement d'une variété de réputation résistante, la R570, en serait responsable. En 1994, le problème du foreur resurgit et les planteurs se plaignent d'attaques sur une nouvelle variété, la R 579. Le lancement d'un nouveau programme de recherches est alors décidé. Dans ce travail de thèse, dicté par le souci de combler des lacunes sur la bio-écologie de C..sacchariphagus, différentes expérimentations ont permis de caractériser l'influence de la température sur le développement et la reproduction, la dynamique des populations larvaires et la distribution de leurs dégâts au champ, ainsi que les pertes de productivité de la canne. La sensibilité du foreur aux températures inférieures à 20'C explique en grande partie son aire de répartition au niveau du littoral. L'évolution des larves et des dégâts met en évidence les principales périodes d'infestation qui se situent en pleine période de croissance des tiges. La distribution plutôt "au hasard " des entre-noeuds attaqués a été décrite selon la loi binomiale et à l'aide d'un modèle logit, qui reste toutefois imparfait en raison d'une surdispersion de certaines données. Si les études sur les pertes se sont révélées délicates, elles n'en ont pas moins démontré l'importance des pertes de tonnage de cannes " à la parcelle ", et permis l'approche de seuils économiques de dégâts. Afin de remettre en oeuvre un programme de lutte contre ce ravageur, deux facteurs de régulation des populations essentiels ont également été étudiés : la prédation et la résistance variétale. L'impact de la prédation par les fourmis, inconnu auparavant, a été précisé et il est suffisamment important pour être pris en considération. L'effet de la variété R 570 sur le comportement du foreur confirme sa réputation de résistance et met en évidence les risques d'une utilisation généralisée de la variété R 579. Les résultats de ces recherches sont discutés dans le contexte environnemental et économique fragile des exploitations cannières. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : infestation; rendement des cultures; seuil économique; dynamique des populations; cycle de développement; variété; résistance génétique; formicidae; arthropode auxiliaire; prédateur; lutte anti-insecte; dégât; développement biologique; chilo sacchariphagus; insecte déprédateur des tiges; saccharum; réunion

Thématique : Ravageurs des plantes

Thèse

Agents Cirad, auteurs de cette publication :