Publications des agents du Cirad

Cirad

La quarantaine de canne à sucre du CIRAD à Montpellier

Rott P., Bousquet J.F., Muller M., Chatenet M.. 1997. In : 4ème Congrès international de l'ARTAS, 2ème Rencontre internationale en langue française : communications présentées au congrès 1997. Paris : AFCAS, p. 495-503. Congrès international de l'ARTAS. 4, 1997-10-12/1997-10-18, Saint-Denis (Réunion).

Le CIRAD, Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement, a mis en place dans les années 70, à Montpellier, une unité de quarantaine canne à sucre. Cette quarantaine permet de produire et de diffuser du matériel végétal présentant les meilleures garanties phytosanitaires. Elle permet notamment de fournir des variétés saines aux pays ou complexes sucriers qui n'ont pas de dispositif de quarantaine, d'assurer un contrôle intermédiaire pour certains transferts dangereux sur le plan phytosanitaire, et de produire des têtes de clone présentant le plus de garanties possibles à la sortie de stations de création variétale. La quarantaine de Montpellier est constituée de deux serres d'observation et de multiplication (respectivement 100 et 130 m2) qui permettent d'effectuer deux cycles de quarantaine successifs, d'environ un an chacun. Ces serres sont situées sur le centre CIRAD, à proximité immédiate de laboratoires de phytopathologie, d'agronomie, de culture in vitro et de biologie moléculaire. Cette quarantaine présente donc le double avantage d'être localisée hors zone de culture de la canne à sucre et d'être associée à divers laboratoires, et notamment un laboratoire de phytopathologie disposant d'outils de diagnostic performants. Les clones distribués par la quarantaine proviennent de différentes sources (variétés élites internationales, clones en cours de sélection produits par le CIRAD en Guadeloupe et par la West Indies Central Sugar Cane Breeding Station à Barbade). Le matériel végétal est suivi (observation quotidienne des cannes et application de tests de diagnostic) et traité (traitements antifongiques et insecticides, thermothérapie) pendant les deux cycles de culture. Après deux ans de quarantaine à Montpellier, des boutures saines sont principalement fournies aux périmètres sucriers d'Afrique de l'Ouest et du Centre, aux stations de création variétale des Antilles (Guadeloupe, Barbade) et de l'île de la Réunion.

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :