Publications des agents du Cirad

Cirad

Organisation et gestion de la diversité génétique de Faidherbia albida

Zeh Nlo M., Joly H., Sarr A.. 1997. In : Actes du colloque sur la "Gestion des ressources génétiques des plantes en Afrique des savanes", Bamako (Mali), 24-28/02/1997. Bamako : IER, p. 195-201. Colloque sur la Gestion des ressources génétiques des plantes en Afrique des savanes, 1997-02-24/1997-02-28, Bamako (Mali).

Faidherbia albida est un arbre qui peut atteindre 30 m de haut et 1,80 m de diamètre à hauteur d'homme. L'aire naturelle couvre la zone sèche d'Afrique, principalement les régions sous climat tropical sec de type soudano-sahélien (Wickens, 1969). L'espèce pousse sur sol sablo-argileux, sur des colluvions, des vertisols et des sols alluviaux cultivés où elle constitue des peuplements denses appelés parcs à Faidherbia albida (Wood, 1992). Brenan (1959) a mis en évidence deux races qui se distinguent principalement par l'aspect glabre (race A) ou pubescent (race B) des jeunes branches, du périanthe, des feuilles. La partie Sud de l'aire est occupée par la race B. En Afrique occidentale les races sont en mélange avec des formes intermédiaires. L'absence d'un ensemble de caractéristiques discriminantes rend toutefois difficile la distinction sur le terrain. L'espèce est diploïde 2n = 26 (Atchison, 1948). Toutefois des formes tétraploïdes ont été décrites en Israël (Aloni, 1973). La structure des fleurs généralement hermaphrodite peut favoriser l'autofécondation (Zeh-Nlo et Joly, 1992). Faidherbia albida est monoïque ; la pollinisation est entomophile (Tybirk, 1991). L'étude de la diversité génétique par les marqueurs enzymatiques de 22 provenances a montré que cette espèce est très variable (H = 0.454, taux d'hétérozygotie attendue sous hypothèse de panmixie ; Joly et al, 1992). La différenciation entre populations met en évidence 3 groupes : les populations d'Afrique australe, les populations éthiopiennes et les populations d'Afrique de l'Ouest. Le rythme saisonnier de feuillaison et de défeuillaison est inversé par rapport à celui d'autres espèces : la floraison et la fructification se déroulent en saison sèche. L'intérêt de Faidherbia albida dans les agrosystèmes de zones sèches d'Afrique porte essentiellement sur l'association bénéfique à l'élevage et à la culture de saison chaude et humide. Les gousses et les feuilles rentrent largement dans l'alimentation du bétail. Pour cette raison, les arbres sont émondés par les éleveurs. Son influence bénéfique sur les cultures associées (mil, sorgho, arachide) a favorisé la multiplication et la protection (Chareteau et Vidal, 1965). Louppe (1990) a montré qu'en zone sahélienne les céréales ont sans contexte un rendement bien meilleur sous les parcs à Faidherbia albida.
Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :