Publications des agents du Cirad

Cirad

La cerise des Antilles : une exceptionnelle source de vitamine C naturelle

Gomez P., Reynes M., Dornier M., Hebert J.P.. 1999. Fruits, 54 (4) : p. 247-260.

Introduction. Depuis les années 1970, la production de cerises des Antilles ou acéroles est en déclin. Néanmoins, ce fruit bénéficiant aujourd'hui d'un certain regain d'intérêt, un point a été fait sur la plante et son fruit. La plante. L'acérolier est un arbuste du genre Malpighia, surtout localisé dans la zone des Caraïbes. Les deux principaux clones cultivés sont Puerto Rican B17, plutôt adapté à la transformation, et Florida Sweet consommé en fruit frais. Les rendements varient entre 6 et 60 t.ha-1.an-1. Propagé essentiellement par bouturage, l'acérolier est sensible à plusieurs nématodes. Le fruit. La spécificité de cette drupe est sa forte teneur en vitamine C (1 à 3 g.100 g-1). Son épicarpe très fin rend le fruit délicat à manipuler et la récolte est manuelle, ce qui se répercute sévèrement sur le prix du fruit. Transformations. Très riche en eau, l'acérole se prête bien à la transformation en jus. Toutefois, sa forte teneur en vitamine C rend difficile sa conservation à température ambiante après pasteurisation. Par déshydratation sous vide de la pulpe, il est possible d'obtenir une poudre contenant 10 et 30 % de vitamine C, qui est beaucoup plus stable que le jus. Tendances économiques. La production est essentiellement assurée par Porto-Rico. Cependant, le coût élevé de la matière première et la concurrence de la vitamine C de synthèse limite les débouchés commerciaux des produits transformés à base d'acérole. Conclusion. L'avenir de ce fruit tropical mineur dépend de l'amélioration de la rentabilité de sa culture. Particulièrement intéressante comme source de vitamine C naturelle, l'acérole devra également être associée à une image d'aliment-santé de qualité pour le consommateur.

Mots-clés : malpighia glabra; plante; fruit; utilisation; traitement; composition chimique; acide ascorbique; caraïbes; porto rico

Documents associés

Article (b-revue à comité de lecture)

Agents Cirad, auteurs de cette publication :