Publications des agents du Cirad

Cirad

Enjeux de la gestion concertée des ressources forestières. Le cas de la stratégie énergie domestique au Niger

Montagne P., Besse F.. 1999. In : Moustier Paule (ed.), Mbaye Alain (ed.), De Bon Hubert (ed.), Guérin Hubert (ed.), Pagès Jacques (ed.). Agriculture périurbaine en Afrique subsaharienne : actes de l'atelier international du 20 au 24 avril 1998, Montpellier, France. Montpellier : CIRAD, p. 231-241. (Colloques / CIRAD). Atelier international sur l'agriculture périurbaine en Afrique subsaharienne, 1998-04-20/1998-04-24, Montpellier (France).

Depuis 1989, le Niger s'est engagé dans la mise en ceuvre d'une nouvelle politique forestière ayant pour objectif l'amélioration de la gestion de l'exploitation du bois de feu approvisionnant les principales villes en responsabilisant les populations riveraines des massifs forestiers. Cet aprovisionnement est, en effet, un secteur économique en plein développement qui se traduit notamment par des emplois pour de nombreux ruraux, mais aussi pourdes bûcherons recrutés parmi les chômeurs des grandes villes, pour des charretiers, des chameliers et des âniers. C'est d'autre part une source d'activité pour des chauffeurs et des propriétaires de camions et de camionnettes. Ce transport de bois de feu représente une part importante du trafic routier sur les axes desservant les grandes villes. Le chiffre d'affaires annuel à la consommation est de l'ordre de 3,75 milliards de FCFA pour la seule ville de Niamey. En ce qui concerne la production, il est de 0,5 milliard de FCFA. Ce prélèvement représente d'énormes quantités de bois et il évolue au rythme des populations urbaines soit à un taux de 3,2% / an. De 1984 à 1996, la consommation de Niamey est passée de 90 000 à 150 000 t / an et rien ne permet de penser que la progression va diminuer. Cette exploitation est très prédatrice sur la ressource forestière et entraîne la création d'auréoles de désertification autour des grands centres urbains. Face à l'importance des enjeux, écologiques et économiques sous-jacents, l'Etat nigérien se devait de développer un cadre d'intervention qui permette, à terme, de protéger des écosystèmes reconnus comme fragiles.

Mots-clés : bois de chauffage; ressource forestière; urbanisation; aménagement forestier; niger

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :