Publications des agents du Cirad

Cirad

Caractérisation des begomovirus infectant les espèces adventices en Guadeloupe

Urbino C., Gérion A.L.. 2001. In : Yot Pierre, Gilmer David. Huitièmes rencontres de virologie végétale. Aussois (Savoie), 11-15 mars 2001 : résumés. Strasbourg : CNRS, p. 32-32. Rencontres de virologie végétale. 8, 2001-03-11/2001-03-15, Aussois (France).

Les begomovirus (Geminiviridae) représentent une forte contrainte pour les cultures maraîchères. Ils se sont répandus dans la région Caraïbe et sur le continent américain à partir des années 1980 avec la dissémination de l'insecte vecteur, Bemisia tabaci, biotype B. La tomate est particulièrement affectée avec 6 begomovirus différents répartis dans 8 îles des petites et grandes Antilles. La forte capacité de recombinaison des begomovirus entre eux a permis l'émergence de nouvelles maladies à partir des begomovirus présents dans les plantes adventices et/ou les plantes cultivées. Leur identification est donc importante pour prévoir les risques d'apparition de nouvelles maladies sur les cultures. En Guadeloupe, en dehors du potato yellow mosaic virus (PYMV) affectant la tomate et le poivron, plusieurs begomovirus ont été détectés sur plantes adventices et cultivées: Sida acuta, Corchorus siliquosus, Malvastrum americanum, Rhynchosia minima, Euphorbia heterophylla, Calopogonium sp., Phaseolus vulgaris. Onze isolats ont été étudiés. Ce sont tous des begomovirus à génome bipartite, différents du PYMV et des principaux virus connus sur plantes cultivées dans la région Caraïbe. Les analyses de séquence de la région intergénique et de l'extrémité 5' du gène de la protéine de capside ont mis en évidence la présence d'isolats viraux proches de begomovirus connus pour infecter des plantes adventices principalement: Wissadula golden mosaic virus, Sida golden mosaic virus, Macroptilium mosaic virus, Rhynchosia mosaic virus et Bean calico mosaic virus. En parallèle des analyses moléculaires, la transmission de ces isolats par les populations locales de Bemisia tabaci biotype B ont été testées sur N. benthamiana (hôte commun de nombreux begomovirus). Les risques que représentent ces virus pour les espèces cultivées en Guadeloupe sont discutés sur le poster.

Mots-clés : géminivirus; virus des végétaux; identification; mauvaise herbe; begomovirus; guadeloupe; france

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :