Publications des agents du Cirad

Cirad

Transformation des relations agriculture élevage au Sahel : rapport technique. Projet TS2 CT 91 - 0329

D'Aquino P., Breman H., Garin P., Le Masson A., Rollin D.. 1994. Dakar : CORAF-R3S, 85 p..

Les bouleversements climatiques et socio-économiques de ces dernières décennies ont profondément modifié la nature des relations existant entre agriculture et élevage en zone sahélienne. Nous assistons actuellement à une transition, encore inachevée, de systèmes agraires où l'agriculture et l'élevage coexitaient généralement de manière temporaire, vers des situations où ces deux activités doivent cohabiter, souvent de manière permanente, au sein de systèmes d'exploitation mixtes. Le fonctionnement des systèmes de production en est profondément modifié et s'accompagne d'une remise en cause des anciens modes d'accès aux ressources et d'allocation des facteurs de production. Le caractère inachevé exprime des modalités d'intégration insuffisantes pour éviter une surexploitation des ressources faute d'intrants externes. Afin de clarifier les conditions qui amènent les producteurs de chaque zone d'étude à effectuer des choix particuliers, nous posons ici les prémices méthodologiques d'une analyse comparative: construction d'un cadre théorique actualisé, formalisation de canevas et de grilles d'analyse à l'échelle des systèmes agraires et des unités de production. Les premiers résultats qui nous sont parvenus des trois sites d'étude y sont intégrés, à titre d'illustration. Nous avons d'abord classé les complémentarités entre agriculture et élevage, selon le mode d'association, en "coexistence" ou en "intégration". La "coexistence" désigne une cohabitation dont chacune des deux activités tire des bénéfices importants, mais avec des stratégies de production propres, généralement divergentes et souvent concurrentes. "L'intégration" s'apparente à une symbiose des deux activités dans une logique commune de production, basée sur des échanges synergiques qui accroissent la productivité et favorisent la durabilité. Les évolutions coexistence/intégration passent par diverses étapes et dynamiques qui sont décrites dans le document: - l'agropastoralisme extensif, - le système agropastoral à production animale plus intensive (gestion des pâturages, utilisation de faibles doses de sous-produits agro-industriels, choix des espèces élevées, etc...); - le système agricole à "élevage intégré" où l'élevage a pour fonction principale et souvent unique d'assister la production agricole (traction animale, fumure, etc...); - le système agropastoral intensif, où agriculture et élevage sont conduites de façon conjointe intensivement (fertilisation animale améliorée, alimentation animale en grande partie maîtrisée, intrants agricoles et zootechniques, etc...); - les systèmes de production avec un élevage voué quasi-exclusivement à l'épargne. L'élevage sahélien a toujours une fonction d'épargne, mais une forme plus exclusive et souvent plus dommageable peut se répandre. Nous avons noté que certaines de ces évolutions peuvent aboutir, dans des conditions restrictives, à des systèmes de production spécialisés, agricoles ou zootechniques, fortement intégré à l'économie de marché, avec une spécialisation des espaces selon les productions et une forte dépendance par rapport aux intrants. La typologie synthétique et les outils méthodologiques proposés permettraient maintenant d'appuyer une coordination opérationnelle des travaux de terrain et de souligner les thèmes d'intervention primordiaux qui faciliteront une intégration pleinement bénéfique de l'agriculture et de l'élevage sur la zone sahélienne: tenure foncière, systèmes de financement, référentiels techniques, organisation et structuration des filières "viables"....

Mots-clés : système agropastoral; Élevage intensif; sahel

Document technique

Agents Cirad, auteurs de cette publication :