Publications des agents du Cirad

Cirad

Plutella xylostella (L.) ; espèce ou groupe d'espèces ?

Bordat D., Arvanitakis L., Pichon A.. 2003. In : Kahane Rémi (ed.). Productions maraîchères et horticoles : sessions lutte intégrée et agronomie. Montpellier : CIRAD-FLHOR, 1 Cd-Rom. Journées annuelles du FLHOR, 2002-08-26/2002-08-27, Montpellier (France).

Des populations de Plutella xylostella (L.) issues d'origines géographiques différentes (Bénin, Ile de la Réunion, Afrique du sud, Martinique et Brésil) n'ont pas le même comportement biologique et éthologique. La morphométrie des nymphes montre que la population de la Martinique possède les plus petits individus, celle d'Afrique du sud les plus grands. Les femelles d'Afrique du sud et du Bénin pondent, en moyenne, au cours de leur existence plus de 280 oeufs chacune, alors que celles de la Martinique seulement 114. Au niveau biochimique, des groupes peuvent être obtenus parmi les populations où celle de la Martinique semble un peu séparée des quatre autres. Après séquençage d'une partie du gène mitochondrial, deux haplotypes ont été différencié (Brésil et Ile de la Réunion). Actuellement, ces résultats prouvent que des populations de P. xylostella, provenant d'origine géographiques différentes ne sont pas rigoureusement identiques. Il faut donc en tenir compte au niveau des moyens de lutte à utiliser pour réduire les populations de ce ravageur à un seuil tolérable de nuisance pour l'agriculteur.

Mots-clés : plutella xylostella; insecte nuisible; culture maraîchère; espèce; comportement; lutte anti-insecte; bénin; réunion; afrique du sud; martinique; brésil; france

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :