Publications des agents du Cirad

Cirad

Les spécificités de la consommation alimentaire en Inde : étude bibliographique pour Pluriagri. Rapport d'étape

Taravella R., Barbier B.. 2002. Montpellier : CIRAD-AMIS, 67 p.. numero_rapport: CIRAD-AMIS N° 71/2002.

La demande alimentaire indienne va vraisemblablement décupler dans les prochaines décennies. La population croît encore de 1,8% par an et atteindra 1,3 milliards d'habitant vers 2030. La croissance économique, même si elle déçoit, dépasse toujours 4% par an ce qui induira une forte croissance des revenus et donc de la demande alimentaire d'une bonne partie de la population. De plus le niveau alimentaire des indiens est actuellement faible, ce qui implique qu'une fraction importante des revenus supplémentaires sera dépensée en aliments. Malgré une certaine amélioration du niveau de vie et presque 40 ans de Révolution Verte, la majorité des Indiens ne disposent actuellement pas aujourd'hui d'une alimentation adéquate. Les carences se révèlent au niveau calorique, protéique, lipidique, et aussi sur le plan des apports en vitamines et éléments minéraux recommandés. La situation agroalimentaire indienne est aussi très contrastée entre classes sociales, urbains et ruraux, entre états. Plusieurs causes expliquent la persistance de la malnutrition en Inde. D'abord le faible niveau économique du pays qui se traduit par un faible pouvoir d'achat des consommateurs. Avec un PIB de $460 par personne et par an le pays se classe au 162ème rang mondial loin derrière les pays de l'Asie du Sud Est et de la Chine. Les gains de la croissance économique sont aussi contrariés par la croissance démographique, même si la natalité a commencé à baisser. Dans les campagnes cette croissance provoque la diminution de la taille des exploitations agricoles familiales déjà très petites. La population des salariés agricoles, la plus vulnérable, augmente rapidement et atteint aujourd'hui 46% de la population active agricole. Une autre raison de la malnutrition est le mauvais fonctionnement du système national de distribution d'aliments subventionnés aux plus pauvres. Les stocks de céréales atteignent aujourd'hui 70 millions de tonnes et le soutien du gouvernement indien à la production et à la consommation de céréales continue à favoriser la production de surplus qui en déprimant les prix du marché libre rend toujours plus cher le soutien aux producteurs. Les stocks devenus ingérables sont de mauvaise qualité. Certains estiment qu'une bonne partie des carences alimentaires observées sont la conséquence du soutien excessif accordé par l'Etat à la production céréalière au détriment des autres productions tels que les protéagineux. Par ailleurs le nouveau ciblage des plus pauvres serait mal fait et laisserait des millions de nécessiteux de côté. Une dernière cause de la persistance de la malnutrition en Inde est que la Révolution Verte n'a pas atteint tous les états, comme dans l'est du pays et sur le plateau du Deccan. Le déficit budgétaire dépassant 5% du PIB, l'état a aujourd'hui peu de moyens pour investir dans ces zones. La consommation alimentaire commence à se diversifier. Elle est plus accentuée en zones urbaines et dans les classes plus aisées. La diversification se fait des céréales vers les produits de l'élevage, les fruits et les légumes. La consommation de céréales par habitant commence même à baisser. La demande en viande devrait augmenter rapidement car le végétarisme ne concerne pas tous les Hindous et paraît pas être une contrainte forcément très rigide au moins en ce qui concerne la viande blanche, le poisson et les oeufs. Concernant la capacité de l'agriculture indienne à répondre à la croissance et à la diversification de la demande domestique, les avis sont partagés. La productivité totale des facteurs tend à baisser. Les sols s'appauvrissent ou se salinisent. Les nappes phréatiques baissent. Les structures d'irrigations vieillissent. Les possibilités d'extension des surfaces agricoles sont aujourd'hui très limitées. Beaucoup estiment que les marges de progression de l'agriculture indienne sont surestimées. La situation est encore plus pessimiste si on considère les pays de l'Asie du Sud tel que le Pakistan, le Bengladesh, le Népal et le S...

Mots-clés : documentation; consommation alimentaire; enquête auprès des consommateurs; sociologie économique; sécurité alimentaire; demande; malnutrition; aide alimentaire; diversification; inde; autosuffisance alimentaire; diversification de la production

Documents associés

Document technique

Agents Cirad, auteurs de cette publication :