Publications des agents du Cirad

Cirad

Utilisation de marqueurs microsatellites pour l'étude de la répartition de deux biotypes de Bemisia tabaci (Gennadius) sur l'île de la Réunion

Delatte H., Granier M., Lett J.M., Goldbach R., Reynaud B., Peterschmitt M.. 2003. In : Pierre Yot ; CNRS. 9ème Rencontres de virologie végétale, 2 au 6 février 2006, Aussois. Strasbourg : CNRS, p. 25-25. Rencontres de virologie végétale. 9, 2003-02-02/2003-02-06, Aussois (France).

Depuis 1997, le Tomato yellow leaf curl virus (TYLCV, Geminiviridae, Begomovirus) est responsable d'importants dégâts sur les cultures de tomate à La Réunion. Aucune infestation par B. tabaci n'avait été enregistrée sur cultures maraîchères avant l'apparition du TYLCV en 1997, bien que B. tabaci y ait été décrit plusieurs fois depuis 1938. Après 1997, deux génotypes de B. tabaci ont pu être distingués à La Réunion en utilisant la technique RAPD-PCR et le séquençage d'une portion d'un gène mitochondrial codant pour la cytochrome oxydase I. L'un a été identifié comme biotype B et semble avoir été introduit récemment à La Réunion, alors que l'autre était différent de tous les génotypes décrits. Ce dernier, également trouvé à Madagascar, à Maurice et aux Seychelles, a été considéré comme indigène du sud ouest de l'Océan Indien et a été appelé Ms. La répartition sur l'Île de La Réunion des deux génotypes a été étudiée avec une technique de génotypage faisant appel à des marqueurs microsatellites. B. tabaci a été récolté dans 30 sites représentatifs des écosystèmes de La Réunion. Dans les sites qui le permettaient, les aleurodes ont été prélevées sur plusieurs espèces hôtes, cultivées ou sauvages, pour mettre en évidence une éventuelle spécificité d'hôte des biotypes. (Texte intégral)

Mots-clés : bemisia tabaci; microsatellite; marqueur génétique; identification; distribution des populations; distribution géographique; réunion; france

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :