Publications des agents du Cirad

Cirad

Les maladies à bégomovirus chez la tomate dans les départements français d'Outre-Mer : 2. Le Tomato yellow leaf curl virus (TYLCV) à la Réunion

Reynaud B., Wuster G., Delatte H., Soustrade I., Lett J.M., Gambin O., Peterschmitt M.. 2003. Phytoma-La Défense des Végétaux (562) : p. 13-17.

La production de tomate est sérieusement menacée à la Réunion par des maladies à bégomovirus transmises par l'aleurode Bemisia tabaci . Alors que dans les départements français d'Améri-que ce sont des bégomovirus à génome bipartite qui ont été identifiés (article paru dans Phytoma-LdV n° 556 de janvier 2003, pp. 52 à 55), à la Réunion c'est le Tomato yellow leaf curl virus (TYLCV) qui est pour l'instant le seul responsable des dépérissements. Des études de caractérisation moléculaire du TYLCV et de son vecteur, ont débouché sur l'hypothèse d'une introduction récente à la Réunion et d'une seule origine géographique du virus, et ont montré la prépondérance du biotype B de B. tabaci dans les bassins de production maraîchère ainsi que l'existence d'un biotype de B. tabaci endémique du sud-ouest de l'Océan Indien. Différentes stratégies de lutte ont été mises en place par les organismes de recherche, de contrôle et de développement. La stratégie de lutte comprend un appui technique auprès des agriculteurs, l'accélération des procédures de certification des plants maraîchers, l'inventaire des parasitoïdes du vecteur et leur utilisation sous abris en lutte intégrée, le renforcement des contrôles du Service de la Protection des Végétaux à l'importation et des essais de produits chimiques pour lutter contre le vecteur. Par ailleurs, quelques nouvelles variétés alliant résistance et intérêts agronomique et commercial ont déjà pu être préconisées sur l'île après quatre années d'essais menés chez les maraîchers. Néanmoins, des tests en conditions contrôlées ont montré qu'une augmentation de la pression d'inoculum entraînait une baisse de l'efficacité de ces résistances. La recherche de nouvelles sources de résistance plus efficaces ainsi que l'identification des stratégies de lutte intégrée les plus adaptées aux conditions locales restent l'enjeu des projets à venir, en collaboration inter-DOM, mais également à travers des coopérations régionales. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : résistance aux maladies; variété introduite; certification des plantes; lutte chimique; parasitoïde; lutte intégrée; méthode de lutte; biotype; vecteur de maladie; bemisia tabaci; géminivirus enroulement jaune tomat; virus des végétaux; lycopersicon; réunion; begomovirus

Thématique : Maladies des plantes; Ravageurs des plantes

Article de revue