Publications des agents du Cirad

Cirad

Le projet régional cossettes "Valorisation de l'igname pour les marchés urbains, diffusion régionale du système cossette"

Vernier P., Bricas N.. 2003. In : UAC ; FSA-CERNA. Séminaire international "Post-récolte et consommation des ignames : réduction des pertes et amélioration de la qualité des produits pour les marchés africains", 17 au 19 juin 2003, Cotonou, Bénin. s.l. : s.n., 20 p.. Séminaire international Post-récolte et consommation des ignames : réduction des pertes et amélioration de la qualité des produits pour les marchés africains, 2003-06-17/2003-06-19, Cotonou (Bénin).

Le projet "valorisation de l'igname pour les marchés urbains, diffusion régionale du système cossette", plus connu sous le nom de "projet régional cossettes", a été conçu en parallèle, et d'une certaine façon, a été mené en complément du projet Incoyam qui nous réunit. Il prolongeait un diagnostic de la filière "cossettes d'igname" mené par trois institutions de recherche africaines (FSA-UAC au Bénin, NRCRI au Nigeria et INCV au Togo) et le CIRAD. Cette première phase d'étude, intitulée "valorisation de l'igname pour les marchés urbains; conditions de développement et d'extension à d'autres pays de la filière cossettes d'igname" s'est déroulée de janvier 1996 à juin 1997 avec l'appui financier du Ministère de la Coopération. Elle a permis de préciser le fonctionnement et l'intérêt de la filière cossette d'igname. Le MAE a poursuivi son appui en finançant, de juin 1998 à fin 2000, une seconde phase de recherche-développement, orientée vers la diffusion régionale du système cossette dans 3 pays, producteurs d'igname, mais qui n'avaient pas développé de filière cossette: le Burkina-Faso, le Cameroun et la Côte d'Ivoire. La phase 2 a permis de réaliser: (i) l'introduction des kokoros, variétés d'igname bien adaptées à la transformation en cossette, (ii) la formation au Bénin, par des paysans béninois, d'une cinquantaine de producteurs de ces 3 pays, au système technique de transformation en cossettes, (iii) des tests d'acceptabilité en milieu urbain et l'adaptation aux goûts locaux des produits à base de cossettes, (iv) un début de promotion commerciale auprès de consommateurs d'Abidjan, Bouaké, Garoua, Ngaoundéré et Ouagadougou. Ces actions s'étant déroulées sur seulement 2 campagnes agricoles, n'ont pas permis de lancer une réelle production commerciale de cossettes. Cependant les données informelles recueillies depuis l'arrêt du projet fin 2000, montrent d'une part, que les variétés kokoro ont un bon comportement agronomique dans les nouveaux pays où elles ont été introduites; les paysans semblent les apprécier et leur diffusion locale se poursuit spontanément. D'autre part, dans chacun de ces pays, plusieurs opérateurs manifestent leur intérêt pour les cossettes d'igname. Leurs initiatives sont cependant limitées par le risque commercial que représente le lancement d'un produit nouveau et la difficulté de mettre de synchroniser les phases de production et de commercialisation des cossettes. En février 2003 le MAE a accepté de financer une étape intérimaire entre le précédant projet et un futur projet plus ambitieux qui permettrait, sur une durée plus longue, d'accompagner la diffusion régionale du système cossette. En raison de la situation régnant en Côte d'Ivoire, cette phase sera limitée au Burkina et Cameroun. D'ici mi-2004 il s'agira: 1- d'établir le bilan de l'état réel de la diffusion du système cossette (production, commercialisation) et d'identifier les opérateurs privés intéressés par cette filière; 2- de définir, au travers de tests pilotes de commercialisation, les conditions de fonctionnement d'une filière de cossettes d'igname dans les nouveaux pays. (niveaux de prix, acceptabilité des produits réalisés localement, 3- d'informer les opérateurs économiques et les décideurs sur l'intérêt de cette filière); 4- de capitaliser dans un ouvrage de synthèse collectif les résultats accumulés depuis 1996....

Mots-clés : igname; traitement; produit végétal transformé; légume racine; enquête auprès des consommateurs; diffusion de la recherche; circuit de commercialisation; séchage; variété; qualité; commercialisation; zone urbaine; afrique occidentale; diffusion de l'innovation; cossette

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :