Publications des agents du Cirad

Cirad

Projet PASA d'appui à la DSV - santé animale. Protocole spécifique 06/98 : mission du 1er novembre 2000 au 14 septembre 2001

Roger F.. 2001. Montpellier : CIRAD-EMVT, 3 vol. (226, 250, 308 p.).

Une phase pilote d'un an, financée par l'Union Européenne et son Programme d'Appui à la Sécurité Alimentaire, a permis d'initier à Madagascar en 2001 la mise en place d'un système national de surveillance par la définition de méthodologies et la réalisation de formations. Ce projet a également financé la construction d'un laboratoire de diagnostic, élément nécessaire dans le contexte malgache à la surveillance de certaines maladies, en collaboration avec d'autres laboratoires déjà opérationnels, l'Institut Pasteur de Madagascar pour les pestes porcines et un laboratoire professionnel pour les maladies aviaires. Le réseau, premier maillage pour la surveillance épidémiologique du territoire, était basé sur 60 postes d'observation (PO), constitués de vétérinaires privés et d'agents techniques du Ministère de Elevage. Ces PO transmettaient mensuellement un bilan sanitaire de leur zone d'action et un bilan de la tuberculose en abattoir. Des prélèvements, en accord avec les capacités diagnostiques, étaient également collectés. Des indemnités de fonctionnement étaient versées par l'intermédiaire de comptables régionaux et un système de prime, basé sur la qualité des informations et des échantillons, mis en place Ce réseau, qualifié "d'actif" était complété par le fonctionnement habituel - réseau "passif" - des services vétérinaires déconcentrés. Cette phase pilote a montré qu'il était possible de structurer un réseau reposant à la fois sur des vétérinaires privés et des techniciens des services de l'élevage. Il a été montré que ce réseau de surveillance nécessitait des ajustements qui lui permettront de se développer et d'être pérenne, en particulier sur le plan institutionnel et financier. Il est nécessaire de prolonger cette action en analysant les acquis et les difficultés rencontrées lors de cette approche pilote et en poursuivant l'intégration des vétérinaires privés aux côtés des techniciens des services de l'élevage dans un système de surveillance pour Madagascar, pays pour lequel le risque d'introduction de maladies exotiques en provenance du continent africain est grand, à l'instar de la PPA récemment introduite. En raison de l'importance de son cheptel et de son étendue géographique, Madagascar pourrait constituer un relais épidémiologique pour la diffusion dans la sous-région de nouvelles maladies (fièvre aphteuse, PPCB) et de la PPA vers le continent asiatique. Ce risque justifie un appui au renforcement des structures d'encadrement de la santé animale dans la région, ainsi que la mise en place d'un réseau d'épidémiosurveillance au niveau régional.

Documents associés

Rapport de mission

Agents Cirad, auteurs de cette publication :