Publications des agents du Cirad

Cirad

Faut-il séparer les fonctions alimentaires et rurales de l'agriculture au nom de la coopération multilatérale ?

Le Cotty T., Voituriez T.. 2004. In : Bonnal Philippe (ed.). Politiques publiques et comparaison internationale. Antony : CEMAGREF, p. 25-37. (Les Cahiers de la multifonctionnalité, 4).

La séparation des fonctions marchandes et non marchandes de l'agriculture est une façon de supprimer le potentiel distorsif des politiques agricoles ou agri-environnementales destinées à la promotion de ces fonctions non marchandes. Cela garantit que les pays désirant cultiver leur multi-fonctionnalité en supportent l'intégralité des coûts. Mais le fait de forcer cette séparation des fonctions a toutes les chances d'en accroître le coût de production global et n'est donc pas non plus garant de l'efficacité des politiques agricoles. Il constitue surtout une clé de répartition des coûts, fondée sur la neutralité internationale de la politique nationale par rapport à la situation de libre-échange. La prise en compte multilatérale de ces deux aspects (d'efficacité et de redistribution) de la réforme des politiques agricoles exige une coordination fondée à priori ni sur le droit illimité à la subvention agricole ni sur le devoir de libre-échange en tant que règle de coordination multilatérale, mais sur la mise en rapport des bénéfices domestiques d'une politique avec ses effets sur les pays tiers.

Mots-clés : politique agricole; libéralisation des échanges; coût de production; développement rural; coopération internationale; multifonctionnalité

Chapitre d'ouvrage

Agents Cirad, auteurs de cette publication :