Publications des agents du Cirad

Cirad

Action collective et gestion des ressources : une revue des approches en économie : compte-rendu de la session du 10 février 2003

Antona M.. 2004. In : Sabourin Eric (ed.), Antona Martine (ed.), Coudel Emilie (ed.). Actes du Séminaire Permanent Action Collective, sessions 2003, Montpellier (France). Montpellier : CIRAD, 1 Cd-Rom. Séminaire Permanent Action Collective, 2003-01-13/2003-06-03, Montpellier (France).

Suite au premier exposé du séminaire, il est apparu nécessaire de préciser les différentes approches de l'action collective. L'exposé ne concerne donc pas la présentation d'une recherche mais aborde quelques approches de l'action collective en économie, sous l'angle la question traitée (dilemme social à résoudre), des hypothèses posées et des conditions à l'action collective. Selon Nabli et Nugent (1989) "la théorie de l'action collective tente d'expliquer la probabilité de réussite qu'a un groupe d'individus en vue d'entreprendre des actions, y compris l'établissement de règles dont ils vont bénéficier collectivement". Cette définition permet d'introduire l'objet de l'action collective, selon la grille d'analyse que nous avons proposé pour ce séminaire. L'accès à un bien commun, matériel (ressources naturelles, infrastructures) ou immatériel (information, innovations, marchés, etc) qui passe essentiellement par des problèmes de coordination et de droits; La production d'un bien collectif (un équipement collectif) ou immatériel (organisation, norme de qualité, savoir faire, etc) dont un groupe va bénéficier qui pose des questions d'incitation à coopérer et de niveau de contribution à cette production; La production d'un système de règles, comme résultat de l'action collective, qui pose à la fois des questions de coordination et de coopération; Pour chacune des acceptions, liée soit à la nature du bien, soit à des caractéristiques liées à sa propriété, les méthodes de recherche et quelques implications sont présentés. Dans le cas des ressources communes (non exclusives), l'approche de E. Ostrom issue des analyses des droits de propriété, met l'accent sur les principes d'élaboration de règles de contrôle de l'usage de ces ressources communes et choisit une entrée par les attributs des usagers (dépendance envers la ressource, confiance, réciprocité, représentation commune, réputation). En cela un pont est faite avec des notions mobilisables dans d'autres disciplines.

Mots-clés : gestion des ressources; propriété collective; participation; organisation socioéconomique; action collective

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :