Publications des agents du Cirad

Cirad

Action collective et développement : l'apport d'Elinor Ostrom : compte-rendu de la session du 14 avril 2003

Sabourin E., Antona M.. 2004. In : Sabourin Eric (ed.), Antona Martine (ed.), Coudel Emilie (ed.). Actes du Séminaire Permanent Action Collective, sessions 2003, Montpellier (France). Montpellier : CIRAD, 8 p.. Séminaire Permanent Action Collective, 2003-01-13/2003-06-03, Montpellier (France).

L'exposé sur l'approche de l'action collective par E. Ostrom sera introduit par un rapide bilan des 4 premières sessions du séminaire. L'application de la grille d'analyse proposée aux études de cas fait apparaître des questions récurrentes: comment évalue-t-on l'efficacité de l'action collective ? choix rationnels pour expliquer l'AC ou son absence vs apprentissage ? les objets de l'AC et la légitimité du collectif ? l'action collective comme objet d'analyse et les liens avec l'approche des conflits,.... Pour essayer de répondre à diverses attentes méthodologiques ou plus opérationnelles (appui aux processus ou dispositifs d'action collective) et motiver un approfondissement conceptuel, nous centrerons la lecture de la contribution d'Ostrom sur ces questions soulevées au cours du séminaire. L'objet de l'action collective pour Ostrom, c'est la résolution de dilemmes sociaux d'acteurs en situation d'interdépendance... par des "institutions" vues comme des "ensembles de règles mises en pratiques". L'exposé examine d'abord l'apport d'Ostrom sur les thèmes de l'efficacité et du choix rationnel de l'action collective. Depuis 10 ans on constate un déplacement des critères mis en avant par Ostrom, depuis les modes de coordination (1992), les normes régulant l'action collective (1998) vers les variables structurelles de la ressource et des acteurs comme la taille et l'homogénéité des groupes (1999, 2001). On examinera ce que cela suppose comme changement dans l'analyse. L'approche des mécanismes de l'action collective par les normes, les règles et leur apprentissage associe observation, analyse empirique, expérimentation et application aux processus de changement institutionnel (de développement). Les diverses grilles (check list) et modèles proposés sont conçus à la fois pour caractériser les règles utilisées (en particulier les normes de réciprocité), les modes de coordination de l'action collective, les attributs des acteurs et des ressources. Cette approche présente différents intérêts et des limites quand on veut traiter de l'apprentissage, de la légitimité du collectif et du lien avec les conflits. L'approche mobilisant coûts de transaction et choix rationnels reste réductrice de la dimension sociale de la gestion collective des biens communs. Ostrom identifie bien les valeurs humaines associées aux normes de réciprocité, de confiance et de réputation (partage, équité, justice, prestige, honneur, etc), mais ces valeurs ne font pas partie de son analyse. Il y a là un vaste champs de recherche pour prolonger les observations d'E. Ostrom.

Mots-clés : association d'agriculteurs; développement économique; propriété collective; gestion des ressources; brésil; action collective

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :