Publications des agents du Cirad

Cirad

Relations between rhizobial nodulation and root colonization of Acacia crassicarpa provenances by an arbuscular mycorrhizal fungus, Glomus intraradices Schenk and Smith or an ectomycorrhizal fungus, Pisolithus tinctorius Coker & Couch

Lesueur D., Duponnois R.. 2005. Annals of Forest Science, 62 (5) : p. 467-474.

La présente étude a été initiée pour (i) déterminer l'aptitude de champignons mycorhiziens (ectomycorhizes et champignons arbusculaires) à coloniser le système racinaire de 3 provenances d'Acacia crassicarpa, (ii) d'évaluer la réponse de la plante à l'inoculation avec des champignons mycorhizes en termes de croissance et (iii) de mesurer leur influence sur la symbiose fixatrice d'azote avec une souche de Bradyrhizobium. Cette étude a été réalisée avec 2 symbiotes fongiques: Glomus intraradices, un champignon mycorhizien arbusculaire, et un champignon ectomycorhizien, Pisolithus tinctorius souche GEMAS. Deux experiences ont été réaliséees durant 2 periodes climatiques differentes, saison chaude (30°C jour, 20°C nuit, juin à octobre) pour l'inoculation avec le champignon ectomycorhizien, et saison froide (25°C jour, 15°C nuit, novembre à mars) pour l'inoculation avec le champignon endomycorhizien. La souche de Bradyrhizobium sp. strain Aus 13C a été co-inoculée avec chacun de ces symbiontes fongiques. Les résultats ont montré que les symbioses ecto and endomycorhiziennes améliorent clairement la croissance des plantes des 3 provenances d'Acacia crassicarpa et qu'elles ont un effet très positif sur la nodulation des plantes par la souche de rhizobium. Cependant, des différences de croissance ont été observées entre les différentes provenances testées et nos résultats ont montré que dans les deux experiences, les deux provenances originaires de Papouasie-Nouvelle Guinée produisent plus de biomasse que la provenance originaire de Madagascar. Cependant, aucune différence significative n'a été observée en termes de nodulation et de mycorrhization. Des recherches ultérieures devront être entreprises pour identifier les conditions écologiques les plus appropriées dans lesquelles chaque type de symbioses mycorhiziennes exercera son meilleur effet sur la croissance de la plante ainsi que sur sa nodulation, et pour identifier les conditions environnementales les plus favorables à une symbiose mixte mycorhizes/rhizobium. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : inoculation; pisolithus tinctorius; rhizobium; mycorhizé; nodosité racinaire; acacia crassicarpa

Thématique : Biologie du sol; Physiologie végétale : croissance et développement

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :