Publications des agents du Cirad

Cirad

L'implication des producteurs au coeur des enjeux de l'évolution des formes de vulgarisation à Cuba : [Finances et services]

Marzin J., Lopez Betancourt T.. 2005. In : Les institutions du développement durable des agricultures du Sud : journées SFER de Montpellier, 7-9 novembre 2005. Paris : SFER, 16 p.. Journées SFER 2005 sur les institutions du développement durable des agricultures du Sud, 2005-11-07/2005-11-09, Montpellier (France).

Cuba a connu de profondes évolutions de son modèle de développement agricole au cours des 15 dernières années. Le modèle agricole cubain, mis en place au lendemain de la révolution de 1959, connaît depuis une quinzaine d'années des évolutions significatives liées à la fin des accords privilégiés qui existaient entre Cuba, l'URSS et les pays socialistes d'Europe de l'Est. De nouvelles formes de production (coopérative ou individuelles) ont été créées, un modèle d'agriculture plus autonome et respectueux de l'environnement est progressivement mis en place. La spécialisation des unités de production est petit à petit limitée. Et une nouvelle production "urbaine" concurrence la traditionnelle production rurale. Cette "inventivité" institutionnelle est certes liées aux contraintes externes et à la reconversion profonde de l'économie cubaine. Ces évolutions, (qui concernent notamment l'organisation et l'intensification de la production, le système des prix, les conditions de mise en marché des produits etc.), ont amené de nombreuses et profondes réformes institutionnelles: - concernant les quatre formes historiques de production agricoles de la révolution cubaine qui se sont multipliées: formes coopératives (Unité de Base de Production Coopérative (UBPC)) ou individuelles (usufruitiers qui peuvent, à leur tour, se regrouper); - concernant le modèle de production, avec un basculement d'un passé intensif, mécanisé, spécialisé de production agricole vers un modèle plus autonome (favorisant la diversification des productions au sein de chaque unité, la limitation des importations), écologique (par la substitution progressive des pesticides par la lutte biologique) et économique (par la valorisation de la valeur ajoutée des produits, notamment au sein du secteur touristique); - concernant les formes de commercialisation qui se sont dans un premier temps multipliées, même si les dernières réformes monétaires (la fin de la circulation du dollar dans les transactions commerciales) vont de nouveau simplifier le panorama; contractualisation pour la "canasta básica", mais aussi pour le secteur touristique, les marchés paysans, les marchés "topados"; L'article vise à analyser l'évolution historique des formes de vulgarisation cubaines, puis leur structuration institutionnelle dans leur diversité, à partir des critères suivants: - leur formalisation institutionnelle (Ministère de l'agriculture, ONG ou syndicats agricoles); - l'implication des producteurs dans leur gestion, programmation, évaluation; - leur spécialisation (par produit, territoire...); - les fonctions qu'elles assurent. II conclut sur l'extraordinaire capacité d'innovation institutionnelle de la société cubaine, qui permet, dans un processus d'essai et d'erreurs, de sélectionner les innovations les plus adaptées à la dynamique de développement spécifiquement cubaine. Deux éléments sont particulièrement notables: - la réussite des réformes les plus systémiques (à savoir celles qui permettent la synergie entre des outils de politiques publiques incitatifs, et les souhaits et intérêts de producteurs individuels ou collectifs); - l'enjeu central des modalités d'implication des producteurs aux dynamiques en cours....

Mots-clés : système économique; histoire; contexte économique; changement structurel; vulgarisation; développement économique; innovation; cuba

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :