Publications des agents du Cirad

Cirad

Management of introduced game species in New Caledonia : reconciling biodiversity conservation and resource use ?

De Garine-Wichatitsky M., Chardonnet P., De Garine I.. 2004. Game and Wwildlife Science, 21 (4) : p. 697-706. Symposium international sur l'utilisation durable de la faune sauvage. 6, 2004-07-06/2004-07-09, Paris (France).

Le cerf rusa, Cervus timorensis, et le cochon sauvage, Sus scrofa, ont été introduits en Nouvelle Calédonie après le 18ème siècle et ils sont maintenant largement répandus sur Grande Terre. Ces espèces invasives allochtones ont un impact important sur les exceptionnelles flore et faune endémiques de l'archipel, mais elles représentent aussi une ressource importante pour la population locale. La chasse est une activité importante pour l'alimentation et le bien-être socio-économique des Calédoniens, et les populations de cerfs rusa sauvages sont utilisées dans la filière de l'élevage de cerf. Afin de concilier la conservation de la biodiversité et l'utilisation durable des ressources fauniques, la gestion des espèces de gibier introduites fait face aux enjeux techniques et sociaux que sont: (1) la définition des densités cibles d'ongulés compatibles avec la régénération des habitats naturels dans les zones d'intérêt pour la conservation; (2) la définition et la validation de méthodes de suivi adaptées; et (3) l'identification de tous les acteurs concernés et la négociation des objectifs à long terme de la conservation et de la chasse. Le manque de données sur l'impact des ongulés sur les habitats naturels, s'ajoutant au fait que plusieurs autres espèces introduites sont généralement aussi présentes (cerf, cochon, rat, bétail, etc.), amène à la définition de densités d'ongulés cibles plutôt arbitraires. Cependant, la gestion adaptative, utilisant des indicateurs récoltés par les chasseurs et les techniciens de la faune pour suivre l'évolution des populations de cerfs (index kilométrique, prélèvement des traces) et leurs impacts (index de broutage), apporte des résultats prometteurs. Bien que la valeur intrinsèque des espèces endémiques et la nécessité d'une conservation de la biodiversité ne sont pas claires pour tous les acteurs concernés, la plupart d'entre eux accepte la nécessité de plans de gestion des espèces de gibier introduites (et endémiques) négociés à l'échelle locale. Cependant, les faits suivants sont cités comme des obstacles à la mise en place de tels plans de gestion: (1) l'absence d'un plan de gestion global (et exemplaire) pour les contrôles du cerf et du cochon à l'échelle de Grande Terre (par exemple, pas de contrôle efficace des espèces invasives dans les aires protégées et chez certains privés); (2) l'absence d'incitations économiques pour la conservation dela biodiversité; et (3) l'absence de gardes-chasse pour faire respecter la réglementation de la chasse (braconnage illégal et commerce de viande de brousse). (Résumé d'auteur)

Mots-clés : chasse; introduction d'animaux; gibier; biodiversité; gestion des ressources; nouvelle-calédonie; cervus timorensis

Thématique : Ecologie animale

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :