Publications des agents du Cirad

Cirad

La modélisation comme outil d'accompagnement

Antona M., D'Aquino P., Aubert S., Barreteau O., Boissau S., Bousquet F., Daré W., Etienne M., Le Page C., Mathevet R., Trébuil G., Weber J.. 2005. Natures Sciences Sociétés, 13 : p. 165-168.

Les recherches que nous menons (Encadré) portent sur la gestion des ressources renouvelables et de l'environnement. Elles nous mettent donc face à des objets d'étude complexes et dynamiques, qui sont aussi objets d'enjeux et d'actions multiples. D'où notre choix de faire des recherches dites "impliquées", c'est-à-dire qui reposent sur une double contrainte librement consentie: d'une part, des investissements théoriques et méthodologiques jugés par les pairs, mais issus de questions de terrain; d'autre part, des terrains choisis à la fois en fonction de leur intérêt méthodologique et de leur pertinence pour les usagers et les décideurs avec qui nous travaillons. Cette implication est utilisée comme moyen privilégié de tester et de remettre en cause les principes sur lesquels reposent les actions de terrain. Nous sommes donc aux prises avec un questionnement à la fois pragmatique et théorique. Cela implique la reconnaissance de l'incertitude dans la situation de décision et de l'existence de multiples points de vue légitimes, expertises scientifiques comprises. Ces différents points de vue méritent d'être pris en compte dans un processus itératif de compréhension, de confrontation et d'analyse. Nous avons donc choisi de nous donner une doctrine réfutable1 sous la forme d'une "charte", pouvant être soumise à évaluation. Ce qui signifie: - considérer que toutes les idées à la base de la modélisation ont comme vocation d'être remises en cause au contact du terrain, c'est-à-dire d'être volontairement et directement soumises à réfutation; - n'avoir aucune hypothèse implicite dans l'expérimentation: ceci constitue un objectif en soi de la démarche et implique le développement de procédures de mise en évidence de telles hypothèses à la fois sur le plan empirique et conceptuel, ce dernier plan consistant à confronter le modèle à des résultats reconnus par la communauté scientifique; - prendre en considération, dès les premières étapes, l'impact du processus de recherche sur le terrain, que ce soit en termes d'objectifs définis, de qualité de la démarche, d'indicateurs quantifiables, de suivi ou d'évaluation; - donner une attention particulière aux processus de validation de cette démarche de recherche, sachant qu'il n'existe pas de théorie générale de la validation des modèles et que des procédures autres que celles utilisées dans les modèles bio-physicomathématiques sont à envisager. Ce document est le fruit d'une longue discussion et de nombreux travaux communs, au cours des cinq dernières années, entre les différents signataires. Cette charte est par définition évolutive, la volonté de rigueur nécessitant de l'améliorer à chaque étape et l'exigence de réfutation, de se remettre continuellement en question. Nous la présentons ici dans sa nouvelle version française ("Charte 2.0 "). (Résumé d'auteur)

Thématique : Méthodes mathématiques et statistiques

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :