Publications des agents du Cirad

Cirad

Vers une gestion durable de la biodiversité dans une île tropicale : l'exemple des orchidées de la Guadeloupe

Feldmann P., Barré N., Ffrench C., Hamparian R.. 2006. In : MNHN. Le réveil du dodo II : Journées francophones des sciences de la conservation et de la biodiversité, 7-8 mars 2006, Paris, France. Paris : MNHN, 1 p.. Journées francophones des sciences de la conservation et de la biodiversité, 2006-03-07/2006-03-09, Paris (France).

Les écosystèmes insulaires tropicaux présentent une diversité biologique considérable qui figure parmi les plus importantes connues sur le globe. Ils sont cependant considérés comme fragiles et sensibles aussi bien à l'impact direct des activités humaines qu'aux changements globaux que subit actuellement le globe terrestre. L'évaluation de ces impacts et la prévision de leurs conséquences nécessitent une analyse attentive de ces écosystèmes et des facteurs de leurs évolutions. La gestion durable de leur biodiversité requiert des outils de caractérisation, de suivi et d'évaluation des interactions avec les activités humaines. Cette connaissance doit pouvoir procurer un appui à la gouvernance pour les décideurs afin de mettre en oeuvre les politiques nécessaires, éventuellement de réhabilitation ou de conservation, mais aussi de valorisation. La famille des orchidées a été étudiée en Guadeloupe où elle répond à ces critères d'indicateurs car: - elle présente une forte diversité, 102 espèces, avec une présence dans les divers écosystèmes et des espèces spécifiques de certains milieux en particulier d'écotones; - elle est sensible à des variations fines de l'environnement que ce soit dû aux changements globaux ou à l'impact local de l'anthropisation; - elle est bien connue et une cartographie de toutes les espèces sauvages a été développée qui permet de caractériser les populations et de suivre ainsi leur évolution; - elle est un vecteur efficace de messages sur la gestion de la biodiversité auprès de tous ses acteurs. L'application au niveau régional des critères de menaces de I'UICN a permis de confirmer la situation en danger de près de 40% des espèces d'orchidées de Guadeloupe. Des propositions de protections réglementaires ont été proposées pour les plus menacées ainsi que des mesures de gestion adaptées dont le renforcement de populations d'une espèce à répartition fragmentée et présentant une diminution du fitness, Epidendrum revertianum. Les espèces soumises à prélèvement ont fait l'objet de micropropagation pour diminuer à la source la pression de récolte en fournissant des plants aux orchidophiles demandeurs. Les orchidées pourraient être de pertinentes sentinelles des changements climatiques mais aussi représenter des vecteurs de gestion durable de la biodiversité dans les îles tropicales en associant outre les scientifiques et les gestionnaires de l'environnement et les décideurs, les acteurs locaux de la connaissance et de la protection que sont les ONG. (Texte intégral)

Mots-clés : Écosystème; biodiversité; orchidaceae; plante indicatrice; impact sur l'environnement; gestion des ressources; guadeloupe; france

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :