Publications des agents du Cirad

Cirad

L'approche filière et les politiques d'appui à l'élevage

Niang A., Duteurtre G.. 2004. In : Pour des politiques d'élevage partagées : Actes de l'atelier régional sur les politiques d'élevage, Dakar, 17 et 18 novembre 2004. Rome : FAO, p. 37-37. Atelier régional sur les politiques d'élevage, 2004-11-17/2004-11-18, Dakar (Sénégal).

Utilisé depuis près de 50 ans, le concept de filière constitue à la fois un outil d'analyse et un cadre pour l'action. En tant qu'outil d'analyse, il propose un découpage du système productif en isolant du reste de l'économie les activités liées à la production, à la transformation, au commerce et à la consommation d'un produit ou d'un groupe de produits. On identifie alors les acteurs de la filière horticole, de la filières laitière, ou de la filière cotonnière pour ne citer que quelques exemples pris dans le domaine agro-alimentaire. Cet outil d'analyse, qui se réfère au corpus de la "méso-économie" (par opposition à la micro et à la macro-économie), utilise les apports de plusieurs disciplines techniques ou socio-économiques pour analyser l'objet d'étude ainsi défini: le "système-filière". Le principal apport des études filière réside dans la prise en compte des contraintes techniques et économiques propres à chaque type de produit. On ne cultive pas les oignons comme on élève une vache laitière, et cette spécificité "produit" est aussi valable dans le domaine du commerce, de la transformation, et de la consommation. En raison de son opérationalité, le concept de filière est aussi utilisé en tant que cadre pour l'action. Il permet de raisonner les enjeux du développement de l'agriculture au cas par cas, c'est-à-dire de manière adaptée à chaque contexte technico-économique. Ainsi, les stratégies politiques sont souvent déclinées par "sous-secteur". Ce "découpage" des choix stratégiques permet de réunir les acteurs économiques concernés par les différentes activités économiques au sein d'instances de concertation des filières: table-filières, forums, ou observatoires. Certaines filières très concentrées se structurent même autour d'un ou plusieurs entreprises qui assurent une fonction essentielle (cas des laiteries, des filières agricoles industrielles) et autour desquelles se diffusent les informations sans qu'il soit forcément nécessaire de mettre en place des instances ad hoc. Les expériences de mise en place d'instances de concertation au sein des filières soulignent leur utilité pour le pilotage du secteur élevage. Elles militent pour la mise en place de véritables politiques de régulation des filières qui seraient définies en concertation avec les instances interprofessionnelles. Bien sûr, l'approche filière se doit d'être complétée par des approches plus transversales et synthétiques afin que les poids relatifs des différents "sous-secteurs" puissent être évalués. (Texte intégral)

Mots-clés : Élevage; analyse économique; méthode; filière

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :