Publications des agents du Cirad

Cirad

Variabilité des consommations en eau d'irrigation en culture de canne à sucre dans les périmètres du sud de La Réunion (Bras de la Plaine, Bras de Cilaos). Rôles des facteurs pédo-climatiques et des modes d'irrigation

Chopart J.L., Fusillier J.L., Le Mezo L., Mézino M., Richefort L., Cornu C.. 2006. Montpellier : CIRAD, 36 p.. numero_rapport: CIRAD-TERA N° 37/06.

L'amélioration de la valorisation de l'eau utilisée en culture de canne à sucre constitue aujourd'hui une priorité pour les gestionnaires de la ressource du bassin sud de la Réunion. Or, on constate une forte variabilité des consommations d'eau entre les exploitations sur les deux périmètres du Bras de Cilaos et du Bras de la Plaine qui suggère des marges d'amélioration. Cette étude, vise à répondre aux deux questions suivantes: Dans quelle mesure cette variabilité des consommations reflète t-elle des inefficiences dans les pratiques d'irrigation? L'inefficiences peut correspondre à un gaspillage d'eau lorsque la consommation dépasse le besoin en eau de la culture, ou à un rationnement de la culture pénalisant le rendement dans le cas contraire. Quels facteurs sont associés à cette variabilité des consommations? Une première étape de zonage des périmètres irrigués a permis de délimiter 26 zones homogènes sur le plan pédo-climatique. Ensuite, les besoins optimaux en eau d'irrigation de la culture de canne à sucre, utilisés comme référence de l'efficience, ont été estimés dans chacune des zones pour trois campagnes, à partir de l'outil M-CIDER basé sur un modèle de bilan hydrique. Les besoins en eau ainsi modélisés varient dans une proportion de 1 à 3 selon les zones, ce qui explique une partie de la forte variabilité des consommations d'eau observées. La variabilité d'une campagne à l'autre est plus faible. L'analyse des écarts entre les besoins modélisés et les consommations annuelles mesurées montre que la majorité des irrigants apportent à peu près l'irrigation nécessaire pour couvrir le besoin en eau de la canne à sucre. Un quart des exploitants présentent des consommations d'eau apparemment excessives et environ un tiers sont en sous-consommation. L'étude a permis d'identifier trois zones particulièrement concernées par des consommations excédentaires, et trois autres zones en sous-consommation, sans cause pédo-climatique évidente. Ce sont les sites sur lesquels pourront être focalisées des investigations de terrain. Un autre produit de l'étude est d'avoir mis en évidence l'intérêt de procéder, en irrigation par la technique du goutte à goutte, à une actualisation des conseils aux agriculteurs concernant le niveau de remplissage de la réserve en eau du sol, le niveau actuel conseillé paraissant fort. Enfin, l'analyse statistique des données par exploitation montre que le matériel d'irrigation et l'accès au conseil en irrigation ont une influence sur les consommations d'eau. L'équipement en goutte à goutte et l'accès au conseil Irricanne sont associés à de moindres consommations d'eau. L'approche testée ici, combinant l'utilisation de données statistiques de consommation d'eau et la modélisation des besoins en eau d'irrigation, apparaît donc concluante pour évaluer l'efficience des irrigations pratiquées à l'échelle de l'ensemble d'un périmètre irrigué. Elle fournit les bases (zonage, validation d'un outil de simulation des besoins en eau) pour la mise en place d'un suivi de cette efficience qui serait utile aux gestionnaires de la ressource en eau....

Mots-clés : canne à sucre; irrigation; réunion; france

Document technique

Agents Cirad, auteurs de cette publication :