Publications des agents du Cirad

Cirad

Cartographie du risque de pollution des sols de Martinique par les organochlorés. Rapport phase 1 : méthodologie d'échantillonnage à la parcelle. BRGM/RP-52464-FR

Achard R., Perrier X., Chabrier C., Lassoudière A.. 2003. Orléans : BRGM, 29 p..

En amont de la mise en oeuvre de cette étude, il est nécessaire au préalable de disposer d'un protocole d'échantillonnage adapté à la répartition de cette molécule dans les sols et correspondant à un niveau de précision suffisant. En effet, s'il existe des protocoles d'échantillonnage (nombre de carottes constitutives de l'échantillon composite analysé) pour le suivi de la teneur des sols agricoles en éléments fertilisants, cela n'est pas le cas pour les organochlorés du fait de l'absence de connaissance sur leur répartition dans les sols. L'origine de cette pollution étant des traitements phytosanitaires localisés au pied des bananiers, répétés dans le temps, la variabilité spatiale des teneurs résiduelles en pesticides encore présents dans les sols peut être restée importante. L'objet de cette étude est de donner, en vue de l'estimation de la valeur moyenne de contamination d'une parcelle avec un niveau de précision souhaité, les bases d'un échantillonnage raisonné au sein d'une parcelle (nombre de carottes constitutives de l'échantillon composite analysé). L'étude réalisée a concerné deux parcelles dont la contamination par le chlordécone et le EHCH, était fortement probable. Ce rapport fait état de l'analyse statistique des teneurs en chlordécone qui se sont révélées non négligeables sur les deux parcelles étudiées. Les teneurs en EHCH détectées, étant couramment au dessous de la limite de détection, leur analyse statistique est plus délicate. Néanmoins, puisque le chlordécone est le contaminant le plus présent, l'échantillonnage doit donc prioritairement tenir compte de sa répartition au sein des parcelles. La cartographie du risque de pollution des sols par les organochlorés (chlordécone et HCH) en Martinique est basée sur l'intégration de trois critères majeurs que sont l'historique de l'occupation des sols en culture de la banane (sole bananière) depuis 1970, la pression parasitaire liée à la pluviométrie moyenne annuelle, et enfin les différents types de sols relativement à leur capacité de rétention (pédologie). L'étude réalisée donne les éléments de choix du nombre de prélevats en fonction de la précision souhaitée. Si on ne veut pas dépasser un prélèvement de 25 carottes par parcelle, la précision espérée est d'environ 16% ce qui reste correct Les dispositifs proposés reposent sur un prélèvement selon une maille carrée (une maille hexagonale est parfois recommandée) et tiennent compte des problèmes couramment rencontrés en bordure et prévoient un décalage en bordure d'environ la moitié de la distance entre les points de prélèvement.

Documents associés

Document technique

Agents Cirad, auteurs de cette publication :