Publications des agents du Cirad

Cirad

Hybrides modernes et hybrides spontanés de cocotiers dans le sud de l'Inde : fait naturel, fait technique et fait social

Bourdeix R., Leclerc C., Thampan P.K., Baudouin L., Joly H.. 2006. In : Lançon Jacques (ed.), Floquet Anne (ed.), Weltzien Eva (ed.). Partenaires pour construire des projets de sélection participative : Actes de l'atelier-recherche, 14-18 mars 2005, Cotonou, Bénin. Montpellier : CIRAD, p. 137-148. Atelier - Recherche sur la Gestion du Partenariat dans les Projets de Sélection Participative, 2005-03-14/2005-03-18, Cotonou (Bénin).

Cet article analyse l'attitude d'agriculteurs indiens du Kerala, qui nomment et caractérisent différemment deux variétés hybrides de cocotier alors que ces deux variétés s'avèrent similaires, voire identiques, du point de vue génétique. La structure génétique du matériel végétal impliqué est tout d'abord discutée. Les hybrides modernes et les hybrides naturels (spontanés) de cocotiers du Sud de l'Inde sont, à plus de 95%, issus des mêmes cultivars parentaux. Les sélections phénotypiques réalisées sur ces cultivars parentaux sont de faible efficacité; elles ne peuvent expliquer les différences considérables entre hybrides moderne et hybride spontané signalées par les agriculteurs. Les résultats sont ensuite interprétés selon les perspectives ouvertes par l'anthropologie des sciences. Celles-ci s'attachent moins aux qualités de la plante en tant que fait naturel qu'à ses qualités en tant que fait social défini à l'intérieur d'un collectif. Si en l'acceptant ou en la refusant, l'attitude des agriculteurs envers la même ressource génétique est différente, alors non seulement les critères relevant de la génétique, de la biologie ou de l'agronomie ne suffisent pas à établir l'identité d'un matériel végétal, mais encore, force est de supposer que des critères de différentiation existent tout de même chez les agriculteurs, rendant leur classification, leur nomenclature et leurs attitudes cohérentes. L'évaluation variétale, dès lors, n'est pas un processus libre ou isolé, mais une comparaison qui amène les agriculteurs à révéler par contraste des caractéristiques de leurs cultivars traditionnels, servant de référentiel. L'échelle à laquelle l'hybride moderne est produit, son abondance relative, la nature instrumentalisée et artificielle de sa reproduction techniquement assistée, s'opposent aux rares apparitions naturelles de l'hybride spontané, sans que les agriculteurs n'interviennent jamais sur la reproduction de ce dernier. En portant ainsi notre attention sur l'intervention de l'homme, ce n'est plus seulement le matériel végétal qui est comparé, mais encore deux procédés de création et deux collectifs entre lesquels, en l'occurrence, la confusion n'est plus possible.

Mots-clés : amélioration des plantes; cocos nucifera; hybride; variété indigène; variété introduite; agriculteur; comportement; adoption de l'innovation; inde

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :