Publications des agents du Cirad

Cirad

Caractérisation par télédétection des paysages favorables à Culicoides imicola, vecteur de la fièvre catarrhale ovine en Corse

Guis H., De La Rocque S., Tran A., Roger F., Gerbier G., Baldet T., Viel J.F., Mauny F.. 2006. In : 12ème Forum des jeunes chercheurs, Besançon, 8-9 juin 2006. s.l. : s.n., 1 p.. Forum des jeunes chercheurs. 12, 2006-06-08/2006-06-09, Besançon (France).

Du fait des changements climatiques et des actions de l'homme, de nombreux écosystèmes acquièrent la capacité d'héberger de nouveaux pathogènes majeurs. Ainsi, depuis quelques années, la répartition des vecteurs (particulièrement sensibles à leur écosystème) et des maladies qu'ils transmettent se modifie. L'objectif de ce projet est d'étudier les conditions d'installation d'un vecteur dans un nouvel écosystème en prenant l'exemple de Culicoides imicola, le moucheron vecteur de la fièvre catarrhale ovine en Corse. Nous proposons ici d'utiliser la télédétection et l'analyse paysagère pour caractériser les paysages favorables à C. imicola. Les paramètres environnementaux susceptibles d'influer sur la répartition du vecteur ont été obtenus à partir d'une image satellite SPOT (pixel de 10 m de résolution) et d'un modèle numérique de terrain. A partir de l'image, un indice de végétation (normalized difference vegetation index, NDVI) a été calculé et une classification supervisée de type orientée objet a été effectuée afin de produire une carte de végétation. Cette carte a permis de définir des indicateurs paysagers relatifs à l'agencement, la forme et la répartition des patchs (îlots) de végétation. Du modèle numérique de terrain ont été extraits la pente, l'altitude, l'ensoleillement et l'orientation. Parallèlement, des données épidémiologiques concernant les caractéristiques des élevages ovins et leur statut vis-à-vis de la fièvre catarrhale ovine ont été recueillies et intégrées à un système d'information géographique. Pour expliquer la survenue de foyers de fièvre catarrhale ovine, les voisinages des élevages sains et infectés ont été comparés à trois niveaux d'échelle. Les résultats font ressortir le rôle de la latitude, de certaines classes de végétation et du NDVI. Le choix des données et des méthodes mises en oeuvre, ainsi que les résultats et les perspectives en termes de surveillance sanitaire sont discutés. (Texte intégral)

Mots-clés : culicoides; télédétection; vecteur de maladie; fièvre catarrhale du mouton; Épidémiologie; surveillance épidémiologique; facteur du milieu; végétation; paysage; corse; france; culicoides imicola

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :