Publications des agents du Cirad

Cirad

Organisation sociale et organisation spatiale : apprécier le potentiel d'un groupe à l'innovation agro-écologique. Etude de cas en zone bananière, Guadeloupe

Houdart M., Bonin M., Compagnone C.. 2007. In : Congrès joint du 47ème ERSA (European Regional Science Association) et du 44ème ASRDLF (Association de science régionale de langue française), Paris, 29 août au 2 septembre 2007. s.l. : s.n., 13 p.. Congrès de l'ERSA. 47, 2007-08-29/2007-09-02, Paris (France).

Dans cet article, nous nous focalisons sur les modes de coordination entre agriculteurs afin de rendre compte du potentiel du groupe d'agriculteurs à innover. A partir d'enquêtes menées auprès de 18 agriculteurs d'une zone rurale de 350 hectares du Sud de la Basse Terre, en Guadeloupe, nous avons réalisé une double analyse, sociologique (analyse structurale des réseaux dialogiques) et géographique (analyse spatiale). Face à la crise de la banane, les agriculteurs réagissent soit en changeant d'orientation productive (passage de la banane à la canne, diversification fruitière, élevage), soit en maintenant la production tout en mettant en oeuvre des pratiques innovantes. Deux champs de dialogue ont été analysés au regard de ces types de changements: le premier sur les pratiques, le second sur les orientations productives. Dans le premier cas, l'analyse du sociogramme fait apparaître un faible nombre de groupes, de surcroît indépendants les uns des autres. Dans le second cas, la forme du réseau est très différente et laisse apparaître des échanges beaucoup plus nombreux. Le réseau se caractérise par la présence de deux individus aux rôles d'amplificateur et de portier, autour desquels gravitent principalement des individus qui se sont maintenus en banane. A la périphérie du réseau se trouvent essentiellement des individus qui ont opté pour une diversification de leur production ou un changement de production principale, susceptibles d'intégrer des pratiques innovantes au sein du réseau. La spatialisation de ce réseau traduit une distribution hétérogène des échanges sur la zone d'étude et fait émerger deux facteurs spatiaux: la configuration spatiale du territoire de la zone d'étude (axe de communication et topographie, permettant aux individus de se trouver sous le regard de l'autre, favorisant ou non la communication et renforçant les échanges sur la zone aux dépends d'échanges avec l'extérieur de la zone); la configuration spatiale des exploitations agricoles (parcellaire éclaté et clivage entre types d'exploitations). L'analyse des réseaux associée à l'analyse spatiale permet ainsi de souligner l'importance de la prise en compte de l'espace pour initier des dynamiques sociales. Le problème réside alors dans l'accompagnement de tels projets et le dépassement des conflits d'intérêt et de la concurrence pour aller vers l'émergence de dynamiques collectives.

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :