Publications des agents du Cirad

Cirad

Conserver la biodiversité en Afrique Centrale : agenda international and incitations locales

Lescuyer G.. 2008. In : Atelier RAPAC "Concilier les priorités de conservation des aires protégées et de développement local : expériences, leçons apprises et perspectives en Afrique centrale", 29 septembre - 2 octobre 2008, Saõ Tomé. s.l. : s.n., 21 p.. Atelier du RAPAC, 2008-09-29/2008-10-02, Saõ Tomé (Sao Tomé-et-Principe).

La plupart des aires protégées d'Afrique centrale relèvent des premières catégories UICN qui restreignent largement ou complètement les activités extractives. L'analyse économique des aires protégées démontre la répartition inéquitable des bénéfices et des coûts entre les parties prenantes. Deux analyses coûts-avantages ont été conduites pour le Parc National d'Ivindo (Gabon) et le Parc National de Virunga (RDC) qui illustrent ce constat: dans les deux sites, les acteurs locaux supportent l'essentiel des coûts de la création du parc national tandis que la communauté internationale est le principal bénéficiaire. Les gestionnaires des parcs nationaux sont conscients de cette difficulté qui freine l'implication des populations locales dans la gestion des aires protégées. Plusieurs mécanismes incitatifs directs ont été ainsi élaborés pour gratifier les acteurs qui maintiennent la biodiversité. L'objectif est de compenser l'abandon par les populations locales de certains de leurs droits d'usage qui nuisent à la biodiversité. Cinq conditions de base sont à remplir en Afrique centrale pour mettre en oeuvre ces incitations directes: (1) un acteur (souvent international) est prêt à payer pour protéger cette biodiversité; (2) les institutions locales et les droits d'usage sont sécurisés; (3) le système de production locale est suffisamment flexible pour permettre la cession de certains droits d'usage; (4) le scénario de référence utilisé pour estimer les coûts d'opportunité prend en compte l'évolution actuelle des économies rurales; (5) les incitations directes à la conservation ne constituent qu'un outil partiel de lutte contre la pauvreté.

Mots-clés : biodiversité; conservation des ressources; zone protegée; afrique centrale; gabon; république démocratique du congo

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :