Publications des agents du Cirad

Cirad

Etude multilocale d'un diallèle à quatre géniteurs d'élite sélectionnés au sein du réseau coton africain, V - Effets génétiques

Lançon J., Gozé E., Gawrysiak G., Hau B., Bachelier B., Chanselme J.L., Dessauw D., Klassou C., N'Guessan E., Nguyen T.B., Ousmane E.. 1993. Coton et Fibres Tropicales, 48 (4) : p. 253-282.

Un diallèle incluant 4 parents et leurs 12 hybrides a été conduit simultanément au Cameroun, en Côte d'Ivoire, au Tchad et au Togo, dans 4 stations de recherche faisant partie du réseau coton du CIRAD-CA (ex IRCT) en Afrique. On estime que les parents sont représentatifs d'une population de géniteurs d'élite à l'échelle de ce réseau, et qu'ils appartiennent à la gamme de variétés à fibre de longueur moyenne. En conséquence, l'analyse de variance des aptitudes à la combinaison est conduite selon la méthode III de Griffing. Elle suit un modèle à effets aléatoires, qui permet d'estimer les variances des effets génétiques simples ou en interaction avec le milieu. Vingt-huit caractéristiques sont étudiées : 7 concernent l'agronomie, 10 la fibre, 7 le fil et 4 la graine. L'analyse des aptitudes à la combinaison montre qu'en général la variabilité des caractéristiques étudiées est significative. De plus, les effets génétiques simples, en particulier l'aptitude générale à la combinaison (AGC), sont prédominants sauf pour le rendement et ses composantes. L'aptitude spécifique à la combinaison est équivalente à l'AGC pour la longueur de la fibre et le poids de la graine. Les effets maternels peuvent être considérés comme négligeables. Les corrélations entre valeur propre et aptitude générale en croisement sont très souvent élevées pour les variables décrivant la qualité. Elles sont plus faibles pour les variables plus complexes comme le rendement. L'héritabilité de la taille, de la précocité de floraison, du nombre de capsules portées par les branches végétatives est assez élevée. C'est également le cas pour la plupart des caractéristiques de la fibre (uniformité, finesse, maturité et ténacité), pour la résistance du fil, pour le pourcentage de fibre et le poids de la graine. L'estimation des variances génétiques justifie, dans de nombreux cas (précocité de floraison, production des branches fructifères, longueur, ténacité, allongement, colorimétrie et finesse de la fibre), l'évaluation du comportement d'un génotype parental dans une seule localité et l'extension des conclusions à d'autres localités. Cette procédure ne peut être appliquée dans le cas du poids capsulalre, du poids de la graine et de la teneur en huile. Enfin, cet article montre l'intérêt du modèle d'analyse diallèle. Il tente de conclure, pour chacune des variables prises en compte, sur la variabilité génétique de la population échantillonnée et sur la façon de traiter les effets d'interaction génotype x milieu. Le sélectionneur pourra apprécier l'intérêt du dispositif diallèle et l'apport du dispositif multilocal.

Mots-clés : gossypium; cameroun; côte d'ivoire; tchad; togo

Documents associés

Article (c-notoriété en attente de mise à jour)

Agents Cirad, auteurs de cette publication :