Publications des agents du Cirad

Cirad

Evaluation of iron toxicity on lowland irrigated rice in West Africa

Chérif M., Audebert A., Fofana M., Zouzou M.. 2009. Tropicultura, 27 (2) : p. 88-92.

En zone tropicale, la culture du riz (Oryza sativa L. ) en condition de bas-fond (avec ou sans contrôle de l'eau) est souvent confrontée au problème de toxicité ferreuse. Cette contrainte de type édaphique est couramment observée, notamment dans les bas-fonds de savane et de forêt ouest africains. C'est un trouble nutritionnel associé à de fortes concentrations de fer dans la solution du sol. Les conditions réductrices que l'on rencontre couramment dans les sols engorgés de bas-fond sont précurseurs de la toxicité ferreuse par la solubilisation dans la solution du sol de la quasi-totalité du fer sous forme ferreux (Fe2+). Ces conditions édaphiques des sols de bas-fond, nécessaires à l'apparition de la toxicité ferreuse sont dépendantes des conditions pédoclimatiques expliquant ainsi la forte variabilité spatiotemporelle de cette contrainte. Cette grande quantité d'ions ferreux en solution entraîne chez le riz un déséquilibre en éléments minéraux. Ce fer ferreux (Fe2+) est absorbé en abondance, se concentre dans les feuilles, entraînant une décoloration des limbes, une réduction du tallage, de la taille des plants, et provoque une baisse importante des rendements. Cette contrainte a fait l'objet d'une étude dans trois pays de la sous région ouest africaine (Guinée, Côte d'Ivoire et Ghana) afin de quantifier ses effets sur la riziculture. L'étude confirme que la toxicité ferreuse est une des contraintes édaphiques majeurs des bas-fonds cultivés puisqu'en moyenne plus de 50% des bas-fonds et environ 60% des parcelles cultivées en riz sont affectés par cette contrainte. Dix pourcent de ces bas-fonds ayant même été abandonnés en raison d'une pression de toxicité ferreuse trop importante. Les études montrent également que plus de 55% des surfaces rizicoles sont affectées par l'excès de fer. L'impact sur le rendement est également significatif puisque les parcelles infectées peuvent perdre en moyenne jusqu'à 54% par rapport aux parcelles saines. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : fer; toxicité du sol; oryza sativa; ghana; côte d'ivoire; guinée

Thématique : Fertilité du sol; Physiologie végétale : nutrition; Culture des plantes

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :