Publications des agents du Cirad

Cirad

Cartographie des risques érosifs sur le bassin versant de la retenue collinaire d'Abdessadok (dorsale tunisienne)

Zante P., Collinet J., Leclerc G.. 2003. Montpellier : IRD, 44 p..

Cette étude porte sur la conservation des eaux et des sols dans les régions semi-arides cultivées de la Tunisie. Elle résulte d'une collaboration entre l'Institut National de Recherches en Génie Rural et Eaux et Forêts (INRGREF) de Tunis, la Direction Générale de l'Aménagement et Conservation des Terres Agricoles (ACTA) de Tunis et l'Institut Français de Recherche pour le Développement (IRD), représentation de Tunis. Elle se déroule sur le bassin de la retenue collinaire d' Abdessadok au sud de la dorsale tunisienne. Il s'agit d'analyser et de quantifier les risques érosifs sur les versants cultivés d'un bassin de 307 ha collectant les eaux et les terres érodées vers une retenue en voie de comblement. Cette analyse met en oeuvre un modèle statistique de prévisions des pertes en terres (RUSLE) couplé avec un SIG (Arc View). On obtient ainsi trois types d'informations: 1) les prévisions d'érosions par unités sensibles dans l'état actuel du bassin, 2) les prévisions d'érosions par simulations de changements de situations, 3) les éléments pour une cartographie des zones d'iso-risques correspondant à ces prévisions. Les érosions globales calculées par pondération des surfaces de production de chaques unités iso-érodables ont été estimées pour trois érosivités annuelles de pluies: 1,75 t/ha/an en année sèche caractérisée par un index d'érosivité Rsi = 25 Mj.mm/ha. h4,12 t.ha/an en année médiane avec Rsi = 64 Mj .mm/ha.h, 6,03 t.ha/an en année humide avec Rsi = 93 Mj.mm!ha.h. La simulation a porté sur différents changements de situations, ce qui a permis de prévoir les comportements suivants: suppression totale des banquettes sur le bassin ~ + 30% d'érosion globale, suppression alternative des banquettes selon les rives ~ effet protecteur plus sensible en rive droite (+21% d'érosion) qu'en rive gauche (+ 8%), reforestation de l'actuelle garrigue de piémonts sur lithosols à pentes >25% ~ -12% avec une pré-forêt de résineux de 20 ans, il faut aussi considérer, qu'à cette action antiérosive relativement faible, s'ajoutent d'autres profits pour la communauté paysanne (bois d'oeuvre et de chauffe). Les indexations des variables d'entrée du modèle, les prevIsIOns des risques érosifs pour différentes agressivités pluviales, les simulations de nouvelles situations ont permis de créer 16 cartes illustrant les caractéristiques physiques et activités agricoles expliquant les comportements érosifs du bassin, donc les risques de sédimentation sur la retenue collinaire de l'aval.

Documents associés

Document technique

Agents Cirad, auteurs de cette publication :