Publications des agents du Cirad

Cirad

Diversité génétique, phylogénétique et discernement du pouvoir pathogène sur Solanacées des souches de Ralstonia solanacearum

Cellier G., Prior P.. 2010. In : Neuvièmes Rencontres plantes-bactéries, 18-22 janvier 2010, Aussois (France) : résumés. Paris : SFP, p. 39-39. Rencontres plantes-bactéries. 9, 2010-01-18/2010-01-22, Aussois (France).

Ralstonia solanacearum est un organisme vasculaire à forte capacité d'adaptation attestée par une distribution géographique et une gamme d'hôtes inhabituelle. La gamme d'hôtes couvre plus de 50 familles botaniques en zones tropicales et intertropicales, induisant des pertes économiques majeures. La diversité génétique des souches s'apprécie actuellement sur la base de l'organisation en 4 phylotypes et 51 séquevars du complexe d'espèces. Sur cette base, nous revisitons la diversité des souches sévissant sur Solanacées en Europe, avec une attention particulière à la pourriture brune de la pomme de terre (brown-rot). Les souches réunies sont isolées de différents hôtes ou interceptées par différents services, en Europe et sur le Bassin Méditerranéen, et comparées à des souches de référence. La position phylogénique de 200 d'entre elles est présentée avec une majorité de souches brown-rot (IIB-1), groupe monophylétique aussi bien adapté aux températures chaudes (tropicale), que froides (tempérée). Deux groupes phénotypiques sont décrits sur la base de la virulence sur la tomate et l'aubergine et la capacité à contourner différents niveaux de résistances opposés. Les souches IIB- 1 développent la plus forte virulence et agressivité aux différentes températures, comme les souches émergentes de Martinique IIB-4NPB (Wicker et al. 2007, AEM) et deux souches (I et III) dotées d'un plasmide de 35kb. Bien qu'apparenté à IIB-1, les souches IIB-2 diffèrent par un pouvoir pathogène limité comme les autres souches de phylotype I et III qui forment un groupe phénotypique de virulence réduite et à l'agressivité dépendante des températures chaudes. Nous montrons ici qu'une majorité de souches de R. solanacearum au spectre d'hôtes sensés êtres restreints au bananier, plantain ou heliconia (I1B-3, IIB-4, IIA-6), sont aussi pathogènes des trois solanacées testées ici. Ces données permettront d'orienter nos recherches sur l'exploration de la spécificité d'hôte par la génomique comparative.

Mots-clés : ralstonia solanacearum; solanaceae; solanum tuberosum; europe; région méditerranéenne; martinique; réunion; france

Communication de congrès