Publications des agents du Cirad

Cirad

Etude du lien entre l'indice d'attaque d'un bioagresseur et la structure spatiale d'un système agroforestier tropical : cas des sytèmes agroforestiers à base de cacaoyer (Theobroma cacao) de la région de Talamanca et de la moniliose (Moniliophthora roreri), Costa Rica

Gidoin C.. 2010. Montpellier : UM2, 20 p.. Mémoire de master 2 -- Recherche science pour l'environnement. Biologie géoscience agroressources environnement. Ecologie fonctionnelle et développement durable.

La structure spatiale d'un peuplement est définie comme l'organisation des individus dans l'espace. Elle décrit donc l'environnement biotique local autour de chaque arbre en interaction avec l'environnement abiotique. Dans les systèmes agroforestiers, la structure spatiale est susceptible d'influencer le rendement des cultures, particulièrement par des modifications favorables du microclimat et du fonctionnement de la plante, ou par des effets sur les bio-agresseurs (diminution de la densité de l'hôte, ou effet barrière par exemple). Nous avons étudié le lien entre l'indice d'attaque d'un bioagresseur du cacaoyer, la moniliose (Moniliophthora roreri) et la structure spatiale horizontale des cacaoyers et des arbres d'ombrage de systèmes agroforestiers de Talamanca au Costa Rica. Pour cela, nous avons construit un modèle explicatif de l'indice d'attaque par les variables de structure spatiale calculées suivant le formalisme des processus ponctuels. La présence dans un même dispositif d'agrégat d'arbres forestiers dans lesquels la germination est favorisée et de zone entre agrégats dans lesquelles la dissémination est favorisée entraînerait à l'échelle du dispositif une augmentation de l'intensité d'attaque. La proximité entre cacaoyers et arbres forestiers sur des distances très courtes diminue l'intensité de l'attaque. La structure spatiale des cacaoyers est régulière de façon homogène dans les dispositifs. II semblerait que des perturbations de cette régularité diminuerait l'intensité d'attaque du bioagresseur. La compréhension des liens entre caractéristiques structurales des systèmes agroforestiers complexes et les attaques de bioagresseurs pourrait permettre de concevoir des systèmes plus résistants à ces bioagresseurs, et ainsi optimiser les bénéfices agronomiques et écologiques de ces systèmes.

Mots-clés : theobroma cacao; moniliophthora; agroforesterie; costa rica; moniliophthora roreri

Mémoire