Publications des agents du Cirad

Cirad

Propagation de parasites transportés avec leurs hôtes : cas exemplaires de deux espèces de tiques du bétail

Barré N., Uilenberg G.. 2010. Revue scientifique et Technique - Office International des Epizooties, 29 (1) : p. 135-147.

Les tiques, comme tous les parasites, peuvent facilement être disséminées avec leurs hôtes. Parasites obligatoires de vertébrés auxquels elles sont fixées pendant une période plus ou moins longue, elles sont bien adaptées à ce mode de transport. Une fois cette étape accomplie, et détachées dans le milieu extérieur à destination, elles ont aussi la faculté d'attendre pendant plusieurs mois la venue d'un nouvel hôte sur lequel elles vont poursuivre leur cycle. Ainsi va se fonder une population secondaire. Deux espèces de tiques tropicales du bétail, Rhipicephalus microplus et Amblyomma variegatum ont parfaitement réussi cette stratégie de colonisation et d'occupation des espaces favorables. La première, originaire d'Asie du Sud et du Sud-Est, très spécifique des ongulés, a gagné à la faveur des déplacements de bétail quasiment toute la ceinture intertropicale à l'exception des terres les plus isolées. La seconde, africaine, a été transportée à Madagascar et dans les Mascareignes ainsi qu'aux Antilles à l'époque du commerce triangulaire. Ces deux tiques sont vectrices de maladies du bétail particulièrement graves : babésioses et anaplasmose pour la première, cowdriose pour la seconde. Les changements climatiques attendus sont susceptibles de modifier l'aire d'occurrence potentielle de ces espèces, comme celle de nombreuses autres espèces de parasites. Même actuellement, A. variegatum est loin d'avoir atteint l'ensemble des zones qui lui seraient favorables d'Amérique, d'Asie et d'Océanie. Outre le transport du bétail, des migrations de certains de ses hôtes comme les oiseaux pourraient assurer son extension. Une vigilance - et des compétences - sont nécessaires pour identifier ces parasites dès leur apparition et circonscrire rapidement ces nouveaux foyers. Un effort de sensibilisation des professionnels de l'élevage sur le risque lié au transport du bétail doit être instauré. Des dispositions réglementaires et des précautions doivent être prises pour éviter d'étendre ainsi artificiellement l'aire d'extension des tiques et des maladies qu'elles transmettent. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : parasite; babésiose; ehrlichia; maladie bactérienne; parasitose; oiseau; hôte; migration animale; biogéographie; distribution géographique; Étude de cas; facteur de risque; maladie transmissible par tiques; transmission des maladies; transport d'animaux; changement climatique; bétail; vecteur de maladie; amblyomma variegatum; rhipicephalus; madagascar; australie; amérique centrale; afrique; asie; antilles françaises; rhipicephalus microplus; tique

Thématique : Organismes nuisibles des animaux; Taxonomie et géographie animales; Maladies des animaux

Documents associés

Article de revue