Publications des agents du Cirad

Cirad

Impact de la diffusion des variétés améliorées sur l'évolution de la diversité génétique In situ dans le contexte des agricultures de subsistance : cas du riz en Guinée

Ahmadi N., Barry B.. 2010. Le Sélectionneur Français (61) : p. 47-60.

La dynamique temporelle de la diversité du riz en Guinée est analysée au niveau national sur la période 1996-2001 et au niveau d'une région naturelle sur la période 1979-2003. Au niveau national, la diversité a été évaluée par enquêtes auprès de 1679 exploitations réparties dans 79 villages des 4 régions naturelles du pays. Les descripteurs utilisés sont le nombre de variétés connues, le nombre de variétés cultivées, le taux d'utilisation des variétés et les indices de diversité et d'homogénéité de Shannon. L'analyse régionale s'appuie sur deux prospections, 1979 et 2003, dans six villages de la Basse Guinée. Les indicateurs de diversité sont les compositions variétales et alléliques de 10 loci microsatellites. A l'échelle nationale, le nombre de variétés par paysan et par village a augmenté entre 1996 et 2001. La diversité variétale est élevée, spécialement en Guinée forestière et en Basse Guinée. Les variétés traditionnelles représentent 80% du total. Les variétés de type NERICA diffusées depuis 1996 ne remplacent pas les variétés traditionnelles ; elles en sont complémentaires. Le taux d'utilisation variétale est faible et hétérogène. Moins de 10 % des variétés sont utilisées par plus de 50 % des exploitations d'un village. A l'échelle régionale, pour la période 1979-2003, les compositions variétales ont évolué substantiellement ; les nombres moyens d'allèles par locus et par accession sont significativement plus élevés en 2003 et la composition allélique d'accessions homonymes est significativement différente entre les deux dates de collectes. Cependant, les allèles spécifiques à chaque date ont une fréquence beaucoup plus faible que les allèles communs aux deux dates de collectes. La stabilité, ou légère augmentation, de la diversité variétale et allélique est probablement liée à la prédominance d'une agriculture de subsistance. Mais des risques de perte de diversité existent. Un suivi continu d'évolution de la diversité permettrait de détecter les évolutions défavorables et d'établir des priorités de conservation.(résumé d'auteur)

Mots-clés : oryza sativa; oryza glaberrima; enquête sur exploitations agricoles; variété; variation génétique; érosion génétique; oryza; guinée

Thématique : Génétique et amélioration des plantes

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :