Publications des agents du Cirad

Cirad

Effets des systèmes de cultures en semis direct avec couverture végétale sur le ruissellement et l'érosion des cultures pluviales des Hautes Terres de Madagascar

Douzet J.M., Scopel E., Muller B., Rakotoarisoa J., Albrecht A., Drazafindranana N.C.. 2010. Etude et Gestion des Sols, 17 (2) : p. 131-142.

Sur les Hautes Terres malgaches, en climat tropical d'altitude, l'érosion est un problème important pour la durabilité des systèmes de culture des pentes cultivées en pluvial. La gestion des sols cultivés a une influence importante sur les phénomènes de ruissellement et d'érosion à la parcelle. Une expérimentation de longue durée a été installée il y a 3 ans à proximité d'Antsirabe, à 1 650 m d'altitude, afin de quantifier les effets des systèmes de culture en semis direct sur couverture végétale permanente (SCV) sur le ruissellement et l'érosion, en comparaison aux systèmes en labour traditionnel. L'expérimentation principale, à Andranomanelatra, est constituée de 5 systèmes de culture différents, avec 3 répétitions par système. Ces systèmes sont basés sur une rotation maïs + haricot/riz, avec labour ou SCV, enfouissement ou exportation de résidus sous labour, et remplacement ou non du haricot par une plante de couverture, Brachiaria ruziziensis. Outre ce dispositif principal installé sur une jachère de 10 ans, avec une pente commune de 10 à 13 %, des lots supplémentaires ont été installés à plus court terme sur les parcelles d'un essai de longue durée (SCV et labours de 11 ans) et sur quelques parcelles paysannes, afin d'élargir le spectre des variations étudiées (pente, gestion des sols et des cultures). Les résultats des trois premières campagnes confirment les résultats positifs des SCV sur la diminution du ruissellement et de l'érosion : les coefficients de ruissellement restent faibles, inférieurs à 15 %, malgré une pluviométrie moyenne de plus de 1 300 mm et des événements pluvieux parfois violents ; ces coefficients sont divisés par un facteur allant de 3 à 10 selon les campagnes et les systèmes ; les pertes en terre, qui peuvent aller jusqu'à 25 t ha-1 an-1 sur les parcelles labourées, n'ont été que de quelques centaines de kg par hectare et par an sur les parcelles en SCV. Cet effet de diminution des pertes en terre est dû au recouvrement des parcelles avec une protection du sol contre l'effet érosif de la pluie. En effet, la turbidité des ruissellements reste faible sur les SCV, et diminue au cours de la campagne, avec la croissance des cultures, sur les parcelles labourées. D'autres facteurs peuvent être pris en compte, comme les propriétés physiques des sols, modifiées à la fois par les labours et les restitutions ou non de résidus. Ainsi, la vitesse d'infiltration de l'eau semble significativement supérieure sous SCV. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : conservation des sols; Érosion hydrique; ruissellement; culture sous couvert végétal; semis direct; système de culture; riz pluvial; culture pluviale; brachiaria ruziziensis; phaseolus; zea mays; oryza; madagascar

Thématique : Erosion, conservation et récupération des sols; Systèmes et modes de culture

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :