Publications des agents du Cirad

Cirad

De la culture itinérante sur brûlis aux jachères enrichies productrices de charbon de bois, en Rep. Dem. Congo

Peltier R., Bisiaux F., Dubiez E., Marien J.N., Muliele J.C., Proces P., Vermeulen C.. 2010. In : Coudel Emilie (ed.), Devautour Hubert (ed.), Soulard Christophe-Toussaint (ed.), Hubert Bernard (ed.). International symposium ISDA 2010. Innovation and sustainable development in agriculture and food : Abstracts and papers. Montpellier : CIRAD, 16 p.. International symposium ISDA 2010, 2010-06-28/2010-07-01, Montpellier (France).

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo concentre environ huit millions d'habitants. La ville est principalement entourée de savanes et d'îlots forestiers dégradés. La consommation en bois énergie est estimée entre trois et six millions d'équivalent bois -énergie par an (ce qui représenterait 0,6 à 1,2 million de tonnes de charbon de bois par an si tout le bois était carbonisé). Le projet Mampu a été conçu comme la phase pilote d'un projet de reboisement de 100 000 hectares sur les sols sableux du plateau Batéké pour faire face à la pénurie de bois et de charbon. De 1987 à 1993, environ 8000 ha de plantations d'Acacia auriculiformis ont été réalisées. À partir de 1994, la plantation de Mampu a été divisée en lots de 25 ha attribués à 320 familles d'agriculteurs. La culture se fait suivant un modèle agroforestier de jachère améliorée, inspiré du modèle traditionnel de culture sur brûlis. La production annuelle totale de ce massif est estimée entre 8 000 et 12 000 T de charbon, à laquelle il faut ajouter 10 000 T de manioc, 1 200 tonnes de maïs et 6 tonnes de miel. Le succès du projet incite à appliquer ce modèle sur les savanes des plateaux Batéké, en prenant en compte les droits fonciers traditionnels et en poursuivant la diversification et la transformation locale des produits. Cela contribuera à couvrir une part plus importante des besoins urbains en énergie renouvelable, tout en créant des emplois ruraux. Cependant, d'autres modèles de systèmes agroforestiers méritent d'être testés ou développés dans les autres conditions écologiques et socio-économiques du pays, comme la gestion du recrû naturel d'espèces locales et usages multiples appliquée dans le système traditionnel de jachère enrichie (nkunku) du bas-Congo.

Mots-clés : charbon de bois; acacia auriculiformis; agroforesterie; jachère; culture itinérante; bois tropical; république démocratique du congo; reboisement

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :