Publications des agents du Cirad

Cirad

Accroître la production de la biomasse dans les terroirs d'agro-éleveurs : cas des systèmes de culture à base de céréales au Nord Cameroun

Nchoutnji I., Dongmo A.L., Mbiandoum M., Dugué P.. 2010. Tropicultura, 28 (3) : p. 133-138.

Une étude a été menée sur l'association du maïs (Zea mays) au mucuna (Mucuna pruriens) et sur l'association du maïs (Zea mays) au brachiaria (Brachiaria ruziziensis) dans un contexte de saturation foncière. La recherche visait à vérifier la possibilité d'accroître la production des biomasses végétales sans réduire de manière significative la quantité des grains de maïs produits et en utilisant une dose d'engrais adaptée aux capacités de financement des agriculteurs. Dans trois terroirs d'agro-éleveurs du Nord Cameroun (Ourolabo III; Laindé Karewa et Israël), 12 producteurs ont testé l'association avec M. pruriens et 12 l'ont testé avec B. ruziziensis. Les différentes modalités par producteur étaient: T1 (maïs associé avec fertilisation recommandée: 83N 24P 14K / ha), T2 (maïs associé avec fertilisation réduite: 60N 24P 14K / ha), T3 (maïs en culture pure avec fertilisation recommandée) et T4 (maïs en culture pure avec fertilisation réduite). Une ANOVA a été faite avec le logiciel SAS et le test de Student-Newman-Keuls a permis de séparer les moyennes. Nous avons observé sur l'association du maïs au mucuna des différences non significatives (P> 0,05) pour le rendement en grains de maïs et les modalités étaient dans l'ordre décroissant T4, T3, T1 et T2. Les différences étaient hautement significatives (P< 0,0001) pour le rendement de la biomasse fourragère, mais ne l'étaient pas (P> 0,05) entre T2 et T1, ni entre T4 et T3. L'association du maïs au brachiaria a montré des différences significatives (P< 0,05) entre les traitements pour le rendement en grains de maïs avec des valeurs semblables de T3, T4 et T1. Ces différences étaient hautement significatives (P< 0,0001) pour le rendement en biomasses fourragère et le maïs associé avait un rendement supérieur (P< 0,0001) au maïs en culture pure. L'association d'une légumineuse (M. pruriens) au maïs ne réduit pas son rendement en grains quelle que soit la dose d'engrais utilisée. Par contre, en lui associant une graminée (B. ruziziensis), ce rendement baisse en fertilisation réduite. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : système agropastoral; plante fourragère; plante céréalière; rendement des cultures; fertilisation; plante de culture associée; culture en mélange; mucuna pruriens; brachiaria ruziziensis; zea mays; engrais minéral; biomasse; cameroun; cameroun nord

Thématique : Systèmes et modes de culture; Fertilisation; Elevage - Considérations générales

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :