Publications des agents du Cirad

Cirad

Central role of nodal farmers in seed exchanges for biodiversity dynamics: example of "curadoras" for the quinoa conservation in Mapuche communities in south Chile

Aleman J., Thomet M., Bazile D., Pham J.L.. 2010. In : Coudel Emilie (ed.), Devautour Hubert (ed.), Soulard Christophe-Toussaint (ed.), Hubert Bernard (ed.). International symposium ISDA 2010. Innovation and sustainable development in agriculture and food : Abstracts and papers. Montpellier : CIRAD, 14 p.. International symposium ISDA 2010, 2010-06-28/2010-07-01, Montpellier (France).

Ce document présente une partie des résultats d'une étude concernant le quinoa (Chenopodium quinoa willd.) effectuée auprès des communautés Mapuche de la région Araucanía au sud du Chili. L'objectif était d'évaluer les éléments de l'histoire du quinoa de cette région et le rôle des différents acteurs (agriculteurs et intitutions) impliqués dans la dynamique de biodiversité de cette plante. Tout d'abord, après que la conquête espagnole sa culture a quasi disparu, pour être remplacée par le riz et le blé dans le régime alimentaire des Mapuche. Néanmoins, quelques familles n'ont jamais cessé de cultiver le quinoa et ont conservé leurs variétés de famille. En 1996, une O.N.G. locale a commencé à développer des projets sur le quinoa, avec la constitution d'une première collection " landraces ", accompagné d'une récupération des savoirs locaux sur sa culture et ses usages, puis la réalisation d'ateliers sur les pratiques et des utilisations agricoles. Afin de recueillir toutes les informations concernant le quinoa, les systèmes de culture, la gestion des semences et les échanges, nous avons réalisé des enquêtes semi-structurées et qualitatives avec des paysans et des institutions de 4 villages représentant les deux zones agro-écologiques principales de la région. Le premier résultat est le fait que quoique plusieurs projets se soient développés il est clair que les paysans eux-mêmes sont les acteurs principaux de la conservation de biodiversité. Le deuxième résultat démontre qu'il y a deux types d'échanges dans les communautés et ils représentent l'accès principal aux semences. Le premier type est un échange " individuel " (entre personnes ou familles) à l'intérieur de la communauté. Le deuxième type est une sorte de marché traditionnel qui est organisé comme grand événement avec une cérémonie d'ouverture et la présentation de chaque participant. Dans chaque type d'échanges, nous pouvons noter les mêmes noms des participants principaux, appelés " Curadoras ". Ces agriculteurs semblent être particuliers et peuvent être comme " noeud de réseaux " parce qu'ils jouent un rôle essentiel dans des échanges et la circulation des semences (en cultivant un niveau élevé de la diversité, par la connaissance concernant les variétés et leur adaptation et les modes de gestion). En conclusion, ces fermiers nodaux participent à quasi tous les Trafkintüs (échanges) organisés dans la région, donnant une dynamique aux échanges et la confiance aux divers fermiers auxquels ils fournissent les semences. Le dernier et troisième résultat de cette étude est le fait que la même O.N.G. s'appuie sur la connaissance des systèmes semenciers locaux pour la conservation de diversité en organisant des ateliers entre les agriculteurs en mobilisant les " Curadoras ", qui participent activement comme formateurs.

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :