Publications des agents du Cirad

Cirad

Rôle des dispositifs et des évènements dans la Recherche-Action en partenariat : le cas du Cameroun

Carbonnel A., Chia E., Mikolasek O.. 2010. In : Actes des 4èmes journées INRA-SFER-CIRAD de recherches en sciences sociales, 9-10 décembre 2010, Rennes. Paris : SFER, 20 p.. Journées de recherches en sciences sociales. 4, 2010-12-09/2010-12-10, Rennes (France).

La recherche agronomique s'interroge de plus en plus sur la façon de développer de nouvelles propositions techniques et organisationnelles dans le but d'améliorer la production et le niveau de vie des populations. La Recherche-Action en Partenariat (RAP) est une démarche de recherche qui associe les acteurs locaux (ONG, groupes de producteurs, chercheurs, étudiants etc.) à la construction d'innovations. Elle a comme objectif dual : la production de connaissances génériques et la résolution des problèmes des acteurs (Liu, 1997). Cette démarche nécessite donc une co-construction entre tous les acteurs capables de produire des pratiques et des savoirs scientifiques actionnables impliqués dans une situation de changement. Pratiquée de façon informelle et instinctive depuis les années 1970 par quelques chercheurs de la Recherche pour le Développement (Chia, 1992 ; Dulcire, 1996 ; Doray et al., 2002), cette démarche se formalise dans les années 1990 pour une meilleure reconnaissance institutionnelle et efficacité dans la production de savoirs et de techniques. Face au caractère imprévisible des stratégies des acteurs participant à cette démarche, et à la nécessité d'atteindre les objectifs de la RAP, les chercheurs mettent en place des dispositifs techniques et organisationnels plus ou moins formalisés et adaptés à la situation locale rencontrée (Chia, 2004 ; Chia et al., 2008 ; Faure et al., 2009 ; Vall et Bayala, 2010). Ces dispositifs (formels) sont conçus pour créer de nouveaux savoirs et de nouvelles pratiques, mais aussi pour faire face à des événements (informels) qui peuvent être perçus comme un frein au bon déroulement de la démarche de recherche (Soulard et al., 2007). En s'appuyant sur une étude de cas qui s'est déroulée au Cameroun entre 2005 et 2008, l'objectif est d'appréhender le rôle des dispositifs et des événements ainsi que les causalités et les modalités de leurs émergences réciproques, leurs conséquences sur la production des savoirs et la modification des pratiques propres à une situation structurée. La démarche retenue vise à rendre compte de la place qu'occupe le formel (dispositifs) et l'informel (événements) dans la création de nouveaux savoirs et comment ils favorisent l'autonomie des acteurs locaux. L'un des résultats majeur de cette démarche est de fournir aux acteurs locaux des clés telles que : des nouveaux savoirs, l'ouverture, l'autonomie ou bien la confiance pour développer leur activité, et de fait, leur territoire.

Mots-clés : méthodologie; recherche; cameroun; recherche-action

Documents associés

Communication de congrès