Publications des agents du Cirad

Cirad

Principaux fruitiers locaux des zones Guinéo-Soudaniennes du Bénin : inventaire, période de production et dégâts dus aux mouches des fruits

Vayssières J.F., Sinzogan A.A.C., Adandonon A., Ayégnon D., Ouagoussounon I., Modjibou S.. 2010. Fruit, Vegetables and Cereal Science and Biotechnology, 4 (1) : p. 42-46. Regional workshop on the "Potential role of local fruit tree and other food tree species for nutrition, poverty alleviation and biodiversity conservation in Sub-Saharan Africa: Factors to consider", 2009-02-23/2009-02-26, Ouagadougou (Burkina Faso).

Les fruitiers locaux des zones Guinéo-Soudaniennes (sensu lato) du Bénin présentent un intérêt remarquable, mais ils sont généralement sous-exploités. Cette étude préliminaire a permis de réaliser un premier inventaire, d'identifier leur période de fructification et d'estimer les dégâts dus aux mouches des fruits (Diptera Tephritidae) pour les principales espèces. Les échantillonnages de fruits ont été effectués toutes les semaines durant leur période de production et leur taux d'infestation par les Tephritidae a été calculé après émergence des insectes au laboratoire. Dans les départements Alibori, Atacora, Borgou, Donga et Collines nous avons recensé une vingtaine d'espèces fruitières présentant des périodes de fructification étalées de mars à octobre. Les principales sont Adansonia digitata L., Annona senegalensis Pers., Chrysophyllum albidum G. Don, Irvingia gabonensis (Aubry-Lecomte) Baill., Saba senegalensis (A. DC.) Pichon, Sarcocephalus latifolius (Smith) Bruce, Sclerocarya birrea (A. Rich.) Hochst., Vitellaria paradoxa C.F. Gaertn., Ziziphus mauritiana Lamk. L'étalement de leur production constitue une opportunité à valoriser pour les populations rurales. De 2005 à 2008 leur taux d'infestation moyen par les Tephritidae a varié entre 34 et 188 pupes/kg de fruits. La pulpe de la grande majorité de ces fruits est exploitée par les larves de plusieurs espèces de cératites et par une redoutable espèce invasive arrivée il y a quelques années en Afrique Sub Saharienne, Bactrocera invadens. La lutte intégrée contre ces ravageurs est à développer au niveau des bassins de production fruitiers tant cultivés que locaux. De plus, une meilleure valorisation de ces essences est à promouvoir à travers leur protection et une intensification écologique de production. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : ceratitis; culture fruitière; tephritidae; bactrocera; zone soudano-sahélienne; bénin; bactrocera invandens; mouche des fruits

Documents associés

Article (b-revue à comité de lecture)

Agents Cirad, auteurs de cette publication :