Publications des agents du Cirad

Cirad

Antixenosis as a mechanism of cocoa resistance to the cocoa mirid, Sahlbergella singularis (Hemiptera: Miridae)

N'Guessan K.F., Lachenaud P., Eskes A.. 2010. Journal of Applied Biosciences, 36 : p. 2332-2339.

Objectif: L'étude vise à confirmer la résistance à Sahlbergella singularis de quelques génotypes prometteurs de cacaoyers et à vérifier le rôle de l'antixénose dans le mécanisme de résistance. L'étude visait également à déterminer la transmission d'un caractère de résistance des parents aux descendances. Méthodologie et résultats : Dix hybrides de cacaoyer obtenus à partir de croisements entre clones identifies comme sensibles ou prometteurs pour la résistance à la miride, Sahlbergella singularis dans des études antérieures sur la base de dégâts de mirides au champ, ont été évalués à l'aide d'un test d'antixénose en 2006 et 2007 au laboratoire. Les clones géniteurs, au nombre de neuf, parmi lesquels 3 sensibles et 6 prometteurs ont été également évalués. La variété Catongo IFC372, sensible aux mirides, a été utilisée comme témoin sensible dans le test des géniteurs. Le test d'antixénose était basé sur la comparaison de l'attractivité de fragments de rameaux des génotypes à évaluer vis-à-vis des nymphes de miride de 4ème stade. Les insectes se sont alimentés pendant 24 h sur les fragments de rameaux et les lésions provoquées par leurs piqûres ont été dénombrées pour chaque génotype. Les résultats ont révélé des différences significatives (P<0.01) entre les 9 clones géniteurs au regard du nombre de lésions alimentaires des mirides. Des différences significatives (P<0.01) ont également été enregistrées entre les descendances. Au cours de deux années, les géniteurs sensibles (IFC5, ICS39 and UF667) se sont classés sensibles dans le test d'antixénose avec entre 8 et 10 lésions. Les hybrides obtenus par croisement entre géniteurs sensibles (ICS39XIFC5) se sont également classés sensibles. Les 4 géniteurs prometteurs (T79/501, UPA402, NA32, et PA150) et leurs descendances (T79/501XUPA402, PA150XNA32) étaient moins attractifs vis-à-vis des nymphes de mirides avec 2 à 5 lésions. Conclusion et application des résultats: Les résultats ont montré que l'antixénose, basée sur la préférence alimentaire, peut en partie explique le niveau de dégâts des mirides observés au champ et que ce caractère de résistance peut être transmis des géniteurs aux descendances. Par ailleurs, les clones T79/501, UPA402, NA32, PA150 et T60/887 ont été confirmés au laboratoire comme résistant aux mirides. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : theobroma cacao; sahlbergella; côte d'ivoire; sahlbergella singularis

Thématique : Génétique et amélioration des plantes; Ravageurs des plantes

Documents associés

Article de revue