Publications des agents du Cirad

Cirad

Etudes mycologiques et moléculaires à partir de mycélium pur de Ganoderma boninense, impliqué dans le dépérissement des palmiers à huile.

Seyed Esmail A.. 2011. Toulouse : IUT Midi pyrénées, 31 p.. Mémoire de master -- Génie biologique . Agronomie.

Le genre Ganoderma, de la famille des basidiomycètes est notamment connu pour être des champignons telluriques pourridiés du bois. Il existe différentes espèces de Ganoderma tels que Ganoderma Australe, Ganoderma Mastoporum, Ganoderma Lucidum, Ganoderma aff. Steyaertam, Ganoderma carnosum, etc... L'espèce Ganoderma boninense est reconnue pour être la plus impliquée dans le phénomène de dépérissement du palmier à huile. Le genre et l'espèce Ganoderma boninense, basidiomycète, est notamment reconnu pour son implication au phénomène de dépérissement des palmiers à huile. Cependant, il existe une grande diversité dans le genre Ganoderma tels que Ganoderma Australe, Ganoderma Mastoporum, Ganoderma Lucidum, Ganoderma aff. Steyaertam, Ganoderma carnosum, etc... avec des conséquences différentes sur les palmiers à huile. Au cours de ce stage : douze échantillons de tissus frais de palmier à huile infestés par Ganoderma, seize carpophores du genre Ganoderma et trois mycéliums purs issus de la souche de référence NJ3 ont été analysés par des méthodes mycologiques et moléculaires. Concernant les méthodes mycologiques : les méthodes classiques basées sur la description de caractères morphologiques des cultures mycéliennes demeurent incontournables mais ne permettent pas toujours une identification précise. Il a fallu environ dix semaines pour l'obtention d'un mycélium pur de Ganoderma. Dans cette étude, l'optimisation d'un milieu de culture favorable à la croissance de mycélium s'est avérée nécessaire notamment pour la plupart des échantillons qui montraient des difficultés à croître sur le milieu Malt-Agar, classiquement utilisé en mycologie. Concernant les méthodes moléculaires : l'adaptation du protocole du kit Invitrogen est mis en place au laboratoire a permis une extraction optimale. La concentration et la pureté des ADN totaux extraits ont été estimées et les quantités d'ADN obtenues varient de 12 à 7141ng/ml. Ainsi l'ADN des 27 isolats de Ganoderma et des 3 isolats de référence NJ3 ont pu être extraits et amplifiés par PCR (Polymerase Chain Reaction).

Mots-clés : ganoderma; elaeis guineensis; france; indonésie; ganoderma boninense

Documents associés

Mémoire