Publications des agents du Cirad

Cirad

Evolution Spatio-Temporelle des populations de Bradyrhizobium associées à Acacia mangium

Perrineau M.M., Prin Y., Reddell P., Galiana A., Le Roux C., De Faria S.M., Béna G.. 2012. In : INRA ; SFP ; IRD. 10èmes Rencontres plantes-bactéries, Aussois, France, 30 janvier-03 février 2012. s.l. : s.n., p. 6-6. Rencontres plantes-bactéries. 10, 2012-01-30/2012-02-03, Aussois (France).

En 1966, l'aire de répartition d'Acacia mangium était encore restreinte à quelques ilots dans le Northern Queensland Australien et la Papouasie Nouvelle Guinée. En 2010, cette espèce représente un quart des surfaces sylvicoles plantées au monde, en proportion similaire au teck, avec plus de 2 millions d'Ha cultivés. A. mangium est une légumineuse s'associant à des bactéries du genre Bradyrhizobium. Dans le cadre d'une étude de diversité, des graines et des nodules (et les bactéries symbiotiques se cachant à l'intérieur..) avaient été récoltés en 1986 dans plusieurs sites australiens. En 2007 et 2009, sur approximativement les mêmes sites, nous avons procédé à de nouveaux échantillonnages et isolements bactériens. De plus, A. mangium ayant été introduit notamment en Malaisie et au Brésil, nous avons caractérisé les symbiotes spontanément retrouvés dans les plantations non inoculées artificiellement. Nous obtenons ainsi une image de l'évolution de la diversité des bactéries symbiotiques s'associant avec A. mangium au niveau temporel mais aussi spatiale. Nos résultats montrent que sur 20 ans, plusieurs allèles recA et nodA se retrouvent, avec un niveau de recouvrement plus élevé pour les prélèvements situés à deux ans d'intervalle. De plus, un haplotype multilocus est retrouvé à 20 ans d'intervalle, suggérant une très faible évolution des populations bactériennes, malgré des indices de recombinaison évidents. La similitude des fréquences sur deux ans renforce cette image de forte stabilité des populations. Inversement, la dispersion des isolats et des gènes apparait extrêmement limitée, avec une absence totale d'haplotype commun avec le Brésil, et deux entre la Malaisie et le Brésil. Les gènes de ménage et symbiotiques ne présentent cependant pas les mêmes patrons de diversification, le Brésil possédant une diversité symbiotique propre par rapport aux autres sites. Une possible histoire globale des Bradyrhizobium peut alors être proposée pour comprendre comment ce genre a évolué et évoluera encore. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : acacia mangium; bradyrhizobium; brésil; australie; papouasie-nouvelle-guinée; malaisie

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :