Publications des agents du Cirad

Cirad

Contrôle forestier décentralisée, fiscalité forestière incitative et traçabilité dans le cadre des contrats de transfert de gestion GELOSE : conservation par la valorisation raisonnées dans la zone d'utilisation contrôlée (ZUC) du massif forestier d'Anmbohilero, future aire protégée de catégorie VI de l'UICN - forêt d'Ambohilero, commune rurale de Didy

Randrianarivelo G., Montagne P., Ramenason R., Razafindratovo N.. 2012. In : Montagne Pierre (ed.), Bertrand Alain (ed.). Kajiala, Tattali, Djekabaara : valoriser les produits pour mieux conserver les forêts. Tome 1 : Les expériences nationales. Madagascar. Antananarivo : CITE, p. 143-168.

L'expérience malgache en matière de contrôle forestier dans le cadre de la gestion décentralisée et communautaire est très récente et s'est développée dans le cadre des projets GESFORCOM/UE et COGESFOR/FFEM pour améliorer la gestion des filières charbon de bois (région Boeny, commune rurale d'Ambondromamy) et bois d'oeuvre (région Alaotra Mangoro, commune rurale de Didy). Dans la commune rurale de Didy, la gestion coutumière des kijana a pu contrôler le massif forestier d'Ambohilero pendant très longtemps et il a fallu attendre la mise en place officielle des premiers contrats de transfert de gestion GELOSE, en octobre 2005, pour "légaliser l'occupation légitime" de la communauté et contractualiser une exploitation forestière bois d'oeuvre par et au profit des communautés locales de base (CLB). Ces contrats ont été signés par les CLB, la commune et l'administration forestière avec pour objectif la conservation par la valorisation raisonnée de bois d'oeuvre. Partant du principe que le transfert de gestion n'est pas une fin en soi et parce que l'administration forestière n'est pas en mesure d'assurer le contrôle forestier, il a été nécessaire d'imaginer comment les CLB et la commune pouvaient assurer une part du contrôle des flux des produits autorisés à l'exploitation. L'article explique comment il est possible de mettre en oeuvre le principe de "conservation par la valorisation" alors que, le plus souvent, les aménagements forestiers communautaires échouent du fait du développement de filières illicites occasionnées par la défaillance du système de contrôle et l'exclusion des acteurs locaux. Avec le triptyque "transfert de gestion, contrôle et fiscalité décentralisés et traçabilité", l'Etat dispose d'une méthodologie qui permet une valorisation raisonnée des ressources qui ne dépend que de la volonté des acteurs. Un système d'information informatisé facilite la remontée régulière des informations d'exploitation et de commercialisation.

Mots-clés : approches participatives; charbon de bois; bois de charpente; pratique illégale; aménagement forestier; gestion des ressources naturelles; incitation; gouvernance; participation communautaire; décentralisation; communauté rurale; abattage d'arbres; protection de la forêt; législation; certification des forêts; forêt tropicale; madagascar

Thématique : Foresterie - Considérations générales; Législation; Conservation de la nature et ressources foncières; Production forestière

Documents associés

Chapitre d'ouvrage

Agents Cirad, auteurs de cette publication :