Publications des agents du Cirad

Cirad

Faisabilité économique de la mise en place d'une unité de production d'électricité à partir de biomasse canne. Outils d'analyse et premiers résultats

Lejars C., Fusillier J.L.. 2012. Montpellier : CIRAD, 45 p.. (Note scientifique Rebecca, 12).

Cette étude a été réalisée dans le cadre du programme de recherche REBECCA (REcherche Biomasse Energie Canne dans la région de CApesterre) mené par le Cirad en partenariat avec un industriel (Cann'elec Développement) et l'INRA. Le projet REBECCA a pour objectif de produire, sur des sols pollués par la chlordécone, de la biomasse énergétique destinée à servir de 'carburant' à une unité de production d'électricité. Ce projet se déroule en deux phases de 2 ans chacune (2010-2012 puis 2012- 2014) et est composé d'un volet " chlordécone", d'un volet " agronomie " et d'un volet " économie et environnement ". La présente étude s'inscrit dans la phase I du volet économique du projet REBECCA. Son objectif est d'effectuer une première analyse de la rentabilité économique de cette future filière, sur la base de scénarios dépendants du dimensionnement de l'unité de production électrique et de la disponibilité en biomasse. Une démarche et des outils ont été développés pour évaluer la rentabilité économique de cette filière. Un premier outil permet d'estimer le prix de revient de l'électricité en fonction notamment du prix d'achat de la matière première, des couts de fonctionnement et d'investissement dans l'unité de production, puis de comparer ce prix de revient et son évolution avec le prix du mix électricité de Guadeloupe. Un second outil a été mis au point afin d'évaluer les postes de coûts pour les agriculteurs et l'industriel, puis d'estimer la valeur ajoutée et sa distribution à l'échelle de la filière ainsi que les indicateurs de rentabilité du projet (Valeur actuelle Nette, TRI). Deux scénarios ont ensuite été testés, l'un pour une usine de 5MW et l'autre pour une usine de 10MW. L'évaluation de ces scénarios met en évidence les paramètres déterminants de la faisabilité de cette filière. Il s'agit des rendements techniques (rendement agricole de canne fibre, rendement de conversion électrique), de la qualité de la biomasse (taux d'humidité et PCI), du coût de la biomasse, et de la dimension du gisement de biomasse et de la centrale. Sur ce dernier point, il apparait que les économies d'échelle sont importantes dans la gamme de puissances testées, ce qui pénalise les unités de plus petites tailles. Le jeu de paramètres testé visait à trouver le compromis qui rende acceptable les conditions de rémunération des trois acteurs (prix de l'électricité pour EDF, prix de la canne pour les planteurs et taux de rémunération des capitaux pour l'industriel). Il ressort des scénarios simulés que la rentabilité du projet n'est pas facilement atteinte. Avec un prix d'achat de la canne-fibre à 45 ¿/t et les rendements actuels espérés, le projet dans les deux scénarios 5 et 10 MW, n'apparait pas faisable du point de vue des deux acteurs, industriel et acheteur d'électricité. Avec un prix de la canne sous les 35 ¿/t, le projet devient faisable pour l'industriel mais n'est plus attractif pour les planteurs. Trois voies restent à approfondir pour que le projet soit rentable avec un prix incitatif de la canne pour les planteurs : (i) l'octroi de subventions à la production notamment pour des services environnementaux qui seraient rendus par la filière ; (ii) l'amélioration des rendements techniques, aux niveaux tant agricole qu'industriel ; (iii) un complément d'approvisionnement par une biomasse de type résidu valorisée à un coût marginal de ramassage-transport afin d'abaisser le poste de charge prépondérant de la filière....

Documents associés

Rapport d'expertise

Agents Cirad, auteurs de cette publication :