Publications des agents du Cirad

Cirad

The susceptibility of bananas to crown rot disease is influenced by geographical and seasonal effects

Ewané C.A., Lassois L., Brostaux Y., Lepoivre P., De Lapeyre de Bellaire L.. 2013. Canadian Journal of Plant Pathology, 35 (1) : p. 27-36.

La pourriture du collet de la banane est causée par un complexe d'agents pathogènes fongiques, dont le plus courant est Colletotrichum musae, et est un des principaux défauts de qualité des bananes exportées. La réceptivité de la banane à l'égard de la pourriture du collet est influencée par plusieurs facteurs relatifs à la période avant-récolte. Le but de cette étude était d'améliorer la méthodologie permettant d'évaluer la susceptibilité des fruits et de vérifier si les régions de culture au Cameroun de même que les variations saisonnières avaient une influence sur la réceptivité à l'égard de la pourriture du collet. La sensibilité des fruits a été évaluée mensuellement dans le cours d'une année (y compris durant la saison sèche et la saison des pluies) dans trois plantations localisées dans des régions différentes sur le plan des conditions agroécologiques (deux dans les basses terres et une dans les montagnes). La susceptibilité des fruits a été déterminée par l'évaluation de la nécrose interne de la surface (NIS) après inoculation artificielle avec C. musae. La normalisation des conditions environnementales post-inoculation a permis d'obtenir des évaluations de la NIS plus fiables. La susceptibilité des fruits s'est avérée significativement influencée par la région de culture (P < 0.001) étant donné que les fruits cultivés dans les basses terres (Dia-Dia, Koumba, 80 m) étaient plus susceptibles que ceux cultivés en altitude (Ekona, 500 m). Bien qu'aucun effet saisonnier n'ait été observé (P = 0.075), il y avait un effet significatif relatif à la date (P < 0.001). C'était le cas particulièrement dans les plantations localisées dans les basses terres où la susceptibilité des fruits était plus grande à certaines dates de récolte durant la saison des pluies. À Ekona, le calibre des fruits et le nombre de feuilles sur les bananiers étaient significativement supérieurs aux deux autres régions, tandis que la gravité de la maladie des raies noires était significativement moindre. La relation potentielle quant à la susceptibilité des fruits y est discutée en détail. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : maladie postrécolte; facteur édaphique; zone agroclimatique; variation saisonnière; résistance aux maladies; colletotrichum; qualité; pourriture; banane; musa; cameroun; pourriture de la couronne; maladie de la pourriture du collet; colletotrichum musae

Thématique : Maladies des plantes; Manutention transport stockage et conservation des produits d'origine végétale

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :