Publications des agents du Cirad

Cirad

Etude de l'activité fongitoxique de trois huiles de Ravensara aromatica sur des pathogènes de fruits tropicaux

Estournet I., Joas J., Chillet M., Ducamp-Collin M.N.. 2012. In : 2èmes Journées scientifiques sur la qualité des produits agroalimentaires dans la région Sud-ouest de l'Océan Indien. QualiREG Food Symposium. Résumé des présentations orales et posters. s.l. : s.n., p. 6-6. Journées scientifiques QualiREG. 2, 2012-11-14/2012-11-15, Saint Gilles les Hauts (Réunion).

L'utilisation de fongicides chimiques constitue le premier moyen de lutte contre les maladies post-récolte des fruits et légumes. Cependant, ces méthodes de lutte sont de plus en plus contestées, du fait notamment de la prise en compte des pouvoirs publics de la production de denrées alimentaires plus respectueuses de l'environnement, de la sante du consommateur et du producteur. Les huiles essentielles sont connues pour leur activité antiseptique, et peuvent être une alternative intéressante comme traitement post-récolte des fruits. Trois extraits d'huiles essentielles de Ravensara aromatica, produites à Madagascar, ont été caractérisés par CG-MS, et leurs activités fongitoxiques ont été testées sur quatre champignons pathogènes de fruits tropicaux. Ces extraits sont principalement composes de méthyl-chavicol (92.7 %) (= extrait 1), de methyl-eugenol (92.4 %) (= extrait 2) et d'un mélange de méthyl-chavicol (30.1 %), de sabinène (16.9 %), de ?-Pinène (6.7 %) et linalol (6.4 %) (= extrait 3). Applique en volatile, l'extrait 1 n'a pas d'effet sur les différents pathogènes testes (mesure de la croissance mycélienne en boite de Pétri). En revanche, les deux autres ont montre une activité très forte, notamment sur Colletotrichum sp, agent de l'anthracnose de la mangue, de l'avocat, de la papaye et de la banane. Au terme de la période d'incubation, il y a toujours eu une reprise de la croissance mycélienne, ce qui laisse a penser que l'action de ces huiles est fongistatique, et non fongitoxique. Appliques dans le milieu de culture, les trois extraits présentent un effet d'inhibition de croissance sur Colletotrichum sp. Mais l'extrait 2 est le seul a avoir un effet significatif sur les trois autres pathogènes (Penicillium sp, Phomopsis sp, Lasiodiplodia sp) dans les conditions de concentrations testées (1 %). Ces résultats préliminaires d'évaluation in vitro sont très encourageants, mais il reste encore beaucoup de travail de validation/formulation a accomplir avant d'envisager un traitement post-récolte des fruits. (Résumé d'auteur)

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :