Publications des agents du Cirad

Cirad

Performance technico-économique des associations maïs/niébé et maïs/mucuna en situation réelle de culture au Burkina Faso: potentiels et contraintes

Coulibaly K., Vall E., Autfray P., Sedogo M.P.. 2012. Tropicultura, 30 (3) : p. 147-154.

Dans l'Ouest du Burkina Faso, la pression démographique a conduit à l'abandon de la jachère. Avec la culture continue du coton et du maïs, la fertilité des sols est mise à rude épreuve. Pour accroître la productivité des systèmes de culture et contribuer au relèvement de la fertilité des sols, des producteurs du Tuy participant au projet Fertipartenaires ont décidé de tester des associations culturales maïs/légumineuse. L'objectif de l'étude était de concevoir avec les producteurs des systèmes de cultures associées maïs/légumineuse économiquement performants et techniquement acceptables en réalisant des expérimentations en conditions réelles de culture. Des producteurs volontaires ont expérimenté l'association maïs/niébé (13 producteurs) et l'association maïs/ mucuna (10 producteurs). Pour chaque essai, l'association était comparée à la monoculture du maïs (témoin). Le niébé était déjà une culture pratiquée par les agriculteurs à une petite échelle à des fins alimentaires ou comme source de revenus, alors que le mucuna avait été récemment introduit comme ressource fourragère pour les bovins. La pratique des cultures associées maïs/légumineuse était nouvelle pour l'ensemble des agriculteurs. Les itinéraires techniques (ITC) ont fait l'objet d'un suivi complet jusqu'à la mesure des rendements. Pour les deux associations, les ITC homogènes ont été définis par analyse en composantes principales (ACP) et par classification ascendante hiérarchique (CAH) et les plus performants sur le plan technique et économique ont été comparés à la monoculture du maïs par analyse de variance (ANOVA). Il est ressorti que les dates de labour et de semis, la densité de peuplement, la date de sarclage et le niveau de fertilité des sols sont des facteurs de performance pour les associations maïs/ légumineuse. Les associations maïs/légumineuse produisent significativement (au seuil de 10%) plus de biomasses, de 22 à 29%, par rapport à la monoculture du maïs, sans pour autant augmenter significativement les temps de travaux. L'association maïs/niébé présente plus d'intérêt économique que l'association maïs/mucuna. Les études doivent se poursuivre pour améliorer les itinéraires techniques, estimer la pénibilité du travail au moment des récoltes et les arrières-effets des légumineuses sur les cultures de coton et maïs à moyens termes. (Résumé d'auteur)

Mots-clés : approches participatives; fertilité du sol; participation; analyse économique; système de culture; performance de culture; intensification; plante de culture associée; monoculture; culture en mélange; légumineuse; mucuna; vigna unguiculata; gossypium; zea mays; burkina faso

Thématique : Systèmes et modes de culture; Economie de la production; Fertilité du sol

Documents associés

Article de revue

Agents Cirad, auteurs de cette publication :