Publications des agents du Cirad

Cirad

Lutte intégrée contre la pyriculariose du riz pluvial à Madagascar

Raveloson H., Sester M.. 2011. In : Journée de l'Académie d'agriculture de Madagascar sur le riz, Antananarivo, Madagascar, 16 juin 2011. s.l. : s.n., 8 p.. Journée de l'Académie d'agriculture de Madagascar sur le riz, 2011-06-16, Antananarivo (Madagascar).

La pyriculariose, causée par Magnaporthe oryzae est la maladie fongique la plus importante et la plus contraignante du riz, en particulier la riziculture pluviale. Cette maladie représente une menace et un frein à la diffusion des systèmes de culture à base de riziculture pluviale à Madagascar. La lutte chimique constitue un des moyens pour contrôler cette maladie. Or, la lutte chimique est à la fois couteuse pour les agriculteurs, engendre des risques pour l'environnement, et entraine la résistance des souches à ces fongicides. Il est donc indispensable, pour assurer la durabilité de la riziculture pluviale, d'intégrer différentes stratégies de lutte contre la pyriculariose impliquant l'amélioration génétique, la mise au point de stratégies de déploiement des résistances disponibles au niveau des parcelles ou des terroirs ou encore la gestion agronomique des systèmes de culture. Les principales méthodes de lutte contre la pyriculariose est la sélection et l'utilisation de variétés résistantes. Cependant les échecs des variétés résistantes, du fait du contournement des résistances complètes par les populations de l'agent pathogène, sont très nombreux. L'étude de la variabilité du pouvoir pathogène et de la diversité génétique des populations de M. oryzae est un élément essentiel pour améliorer la durabilité des futures variétés et limiter le potentiel d'adaptation du champignon. L'amélioration des systèmes culturaux peut être considérée comme de lutte alternative contre la pyriculariose. Les résultats des expérimentations qui montrent que l'impact de la pyriculariose est plus faible dans des parcelles cultivées avec un système de culture avec semis direct sous couverture végétale (SCV) que dans les parcelles cultivées plus traditionnellement avec un labour. L'équilibre nutritionnel de la plante joue un grand rôle dans sa sensibilité à la pyriculariose, car une bonne amélioration de la tolérance du riz a été observée dans les parcelles avec sol volcaniques riche (sol de Betafo) par rapport au sol ferralitique désaturé (sol local d'Andranomanelatra). La compréhension, l'optimisation et la combinaison de toutes les stratégies de lutte possible dont l'amélioration variétale, l'étude du pouvoir pathogène, la gestion agronomique permettrait d'établir une approche de lutte intégrée accessible aux agriculteurs.

Documents associés

Communication de congrès

Agents Cirad, auteurs de cette publication :